Les élections du 4 mars dernier constituent un nouveau séisme dans la politique italienne et européenne. Les partis qui garantissaient la stabilité depuis plus de 20 ans se sont effondrés. Les masses italiennes leur ont fait payer le prix d'années de politiques d'austérité drastique, imposées en Italie comme ailleurs par la crise mondiale du capitalisme.

Ce même rejet a été accompagné dans d'autres pays par l'émergence de forces de gauche « radicale » comme la France Insoumise, Podemos en Espagne ou le Labour de Jeremy Corbyn en Grande-Bretagne. Or en Italie le vote « antisystème » s'est porté majoritairement sur des partis dits « populistes », mais clairement marqués à l'extrême-droite comme la Ligue (ex « Ligue du Nord »), ou surtout le Mouvement 5 Etoiles du comique Beppe Grillo, qui se dit « ni gauche ni droite ».

Comment expliquer que ce dernier en particulier a bénéficié d'un vote massif des jeunes et des travailleurs italiens les plus précaires, en particulier d'anciens électeurs de gauche ? Comment expliquer la débâcle de la gauche officielle sans qu'émerge une alternative crédible sur sa gauche ?

Enfin, pourquoi aucun gouvernement stable ne peut émerger de ces élections, et que disent-elles des perspectives pour la lutte de classes en Italie et en Europe ?

Cette réunion publique, ouverte à tous, fera la lumière sur ces questions.

L'exposé introductif sera suivi d'un débat, puis d'un pot fraternel.

Venez nombreux !

Mardi 27 mars à 19h

CICP - 21 ter rue Voltaire - 75011 Paris
Métro : Rue des boulets ou Nation

Inscrivez-vous sur l'évènement Facebook

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.

Nous écrire au sujet de cet article

Dans la même rubrique