Interview de Rose-May Rousseau, infirmière, secrétaire générale de l’USAP CGT – Île de France. [1]


Depuis quand date le conflit social de l’hôpital Hôtel-Dieu ?

En 2004 est apparue la première menace avec une décision de transformer le site. Sous Sarkozy, Mme Faugères Mireille, qui a participé à la privatisation de la SNCF, a été nommée directrice de l’AP-HP.

Sa mission était de démanteler l’AP-HP en vendant le patrimoine immobilier, de diminuer la surface sur laquelle se passe l’action de l’AP-HP, et de disperser les mètres carrés restants. Clairement, une volonté de démantèlement de l’AP-HP, avec, de fait, un dégraissement du personnel.

Les besoins de la population n’ont jamais fait l’objet d’une quelconque évaluation. D’une manière générale, l’hôpital public est sanctionné depuis des années au profit du privé, alors que les missions sont complètement différentes. Le privé s’étend sur les espaces rentables dégagés par l’hôpital public. Le président de l’ARS (Agence Régionale de Santé) d’ile de France, M. Claude Evin, pousse à un partenariat du public avec le privé dans la santé. A terme, c’est la disparition des soins publics qui est souhaitée.

Lors du changement de gouvernement, Mme. Touraine, nouvelle ministre de la Santé, n’a pas changé d’équipe et a gardé la même feuille de route.

Pourquoi le ministère souhaite-t-il fermer cet hôpital ?

L’Hôtel-Dieu est situé juste en face du parvis de Notre-Dame, haut lieu touristique. C’est un bâtiment qui date du XVIème siècle, construit avant la cathédrale Notre-Dame. Cette place est très convoitée, en particulier par les Qataris. Les enjeux immobiliers sont la toile de fond de cette affaire. En effet, sous la loi actuelle, il est strictement illégal de vendre un patrimoine immobilier public qui est occupé par un hôpital public qui fonctionne. Et pour fonctionner, il fonctionne ! On y traite 80 000 patients rien qu’aux urgences.

Le but est donc de déshabiller l’Hôtel-Dieu, de le transformer, afin qu’il ne remplisse plus les missions d’un hôpital public, avec à terme, un « déménagement ». De la sorte, les murs pourraient être vendus.

Donc le projet actuel, qui consiste à « sécuriser » l’Hôtel-Dieu est une vaste supercherie. L’hôpital fonctionne très bien, et n’est en aucun cas vétuste, puisque récemment il y a eu des travaux de rénovation qui ont coûté des dizaines de millions.

Pourquoi une occupation du site par le personnel ?

La direction de l’AP-HP « déshabille » au fur et à mesure l’Hôtel-Dieu en déménageant des services, mais aussi du matériel. Le personnel s’est mobilisé contre la fermeture des urgences, allant jusqu’à occuper le site, car on déménageait dans leur dos du matériel et des lits ! Ils sont même allés jusqu’à interdire aux pompiers de déposer des patients aux urgences !

Quelles sont les perspectives du mouvement ?

Le personnel est épuisé de se battre. Les conditions de travail sont très stressantes. Ils nous pressurisent pour nous faire craquer. Mais nous avons à cœur de défendre notre métier, c’est une question d’éthique. Nous avons donc présenté un projet de maintien de l’hôpital à la population et aux élus, afin qu’ils nous soutiennent. Les municipales approchant, nous mettons les élus face à leurs responsabilités : s’ils sont pour que l’Hôtel-Dieu reste ouvert, ils doivent signer notre projet. C’est un engagement, et ainsi ils prennent position publiquement.

Nous resterons mobilisés quoiqu’il arrive, mais sans soutien, rien n’aboutira, voilà pourquoi nous essayons de faire connaître notre combat dans les médias. Or, nous avons justement de plus en plus de soutien, de la part de la population (+ de 11 000 signatures à ce jour), des élus et des confrères, dont même certains médecins libéraux. Le mouvement est grandissant, car tout le monde comprend que la question de la santé publique est de facto liée à notre combat. Nous sommes donc devenus le symbole de cette lutte pour la défense de l’hôpital public et de cette éthique.


[1] USAP = Union Syndicale Assistance Publique

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !