La crise grecque et la capitulation du gouvernement Tsipras, en juillet 2015, ont souligné le caractère anti-démocratique de l’Union Européenne. Pour la « troïka », la souveraineté du peuple grec ne pèse rien face aux intérêts fondamentaux des banques et multinationales européennes.

Dans ce contexte, l’option d’une « sortie de l’UE » – conçue comme condition préalable à toute politique progressiste, en Europe – a gagné en audience dans la gauche et le mouvement ouvrier. Le « souverainisme de gauche » de Frédéric Lordon, par exemple, rencontre un écho croissant. A la lumière de l’expérience récente (Grèce, Brexit…), cette conférence-débat fera le point sur le débat en cours, à gauche, sur le programme et la stratégie à adopter face au capitalisme européen et ses institutions réactionnaires.

Le samedi 2 juillet – 17 h
Au café Le Dellys, 5 rue des 2 gares, Paris 10e

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.