Saïd Niroumand, réfugié politique, membre du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) et de la CGT, vit à Lyon. Débouté de sa demande d’asile en France, il a reçu une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Il risque donc à tout moment d’être expulsé en Iran. Là-bas, Saïd est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour « injures envers les valeurs sacrées ».

Comme nous l’avions dénoncé dans un article publié en février 2010, Interpol a émis un mandat d’arrêt international contre plusieurs militants iraniens en exil.

Du fait de son engagement contre la dictature théocratique iranienne et de son combat, en Iran comme en France, contre les injustices sociales, Saïd risque la mort en Iran. Le risque est particulièrement grand à l’heure où, en réaction aux révoltes populaires, le régime iranien utilise la répression la plus brutale.

Le cas de ce camarade iranien illustre l’hypocrisie et le double discours du gouvernement français. Un jour il critique la répression en Iran ; le lendemain il livre un militant de gauche aux bourreaux iraniens. Comme nous l’écrivions en février 2010, « même s’ils souhaitent un changement de régime, en Iran, les impérialistes français ne veulent pas d’un renversement révolutionnaire de la dictature, et sont parfaitement disposés à marcher main dans la main avec Ahmadinejad pour persécuter des militants de gauche. »

Une pétition destinée à la préfecture du Rhône a été mise en place pour demander l’annulation de l’OQTF de Saïd, et pour que lui soit accordé un titre de séjour. Vous pouvez la signer ICI.

A lire également sur le site Rebellyon : http://rebellyon.info/Solidarite-avec-Said-menace-d.html

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !