La campagne internationale de Solidarité avec la résistance antifasciste en Ukraine, promue entre autres par la TMI (Tendance Marxiste Internationale), a été lancée officiellement en Italie en octobre dernier. Nous étions convaincus que les événements et la guerre civile qui se développent dans ce pays pourraient être d'un grand intérêt pour la plupart des militants de gauche, mais aussi pour tous ceux qui étaient intéressés par une contre-information sérieuse par rapport à ce que les médias occidentaux nous donnent à voir sur la question.

Les attentes n’ont pas été déçues. La voix de notre campagne de Solidarité a résonné de la mi-octobre à fin novembre dans la plupart des grandes villes italiennes, notamment par des réunions publiques et des initiatives d'autofinancement. Plus de vingt réunions ont été organisées. Le cœur de ces initiatives résidait dans l’intervention directe d’un camarade ukrainien, Sergei Kirichuk, dirigeant de l'organisation marxiste ukrainienne Borotba (« La Lutte »). Au cours des réunions organisées avec lui, nous avons compté plus de 700 participants au total ; entre la préparation et les réunions elles-mêmes, 300 livres ont été vendus présentant les positions de la TMI sur la guerre civile en cours.

Nous avons réalisé au cours de ces réunions publiques que notre campagne a rempli un réel vide politique, en offrant une contre-information nécessaire, mais surtout en apportant à la discussion une position différente à de nombreux militants de gauche intéressés par ces événements. Nous avons ainsi souligné comment une position de classe et internationaliste, à travers un appel qui se base sur les intérêts communs de tous les travailleurs, de l'est à l'ouest de l'Ukraine, était fondamentalement différente des positions nationalistes ou pro-russes que la gauche italienne et internationale reprend d'une manière ou d'une autre.

Il s’agit fondamentalement d’une position de résistant, aux côtés de ceux qui ont combattu le gouvernement réactionnaire né du mouvement de Maidan. Cette ligne n’est pas la plus facile : dans certaines situations comme à Reggio Emilia, nous avons pu constater comme la division sur des bases nationales de la classe ouvrière peut être pernicieuse. Dans cette ville, des travailleuses ukrainiennes immigrées sont intervenues dans le débat, mais elles se tenaient cette fois des deux côtés de la barricade. D'une part, celles qui soutiennent la cause réactionnaire de Maidan, aveuglées par la haine nationale ; de l’autre des partisans des républiques « rebelles ». Ces dernières avaient des positions sans doute plus correctes, mais, en soutenant la perspective de l'unification avec la Russie de Poutine, elles se révélaient tout aussi incapables d'établir un dialogue avec leurs sœurs de classe.

A cette contradiction, nous comme Sergei avons opposé une ligne de classe et anti-oligarchique. Cette perspective est la seule qui puisse réellement s’opposer à toutes les formes de nationalisme, et cela passe par le soutien avant tout de la cause générale des travailleurs et de leurs luttes en particulier, à partir du soutien aux grèves et aux nationalisations qui se sont développées dans les républiques « rebelles » de Donetsk et Lougansk. C’est le chemin à suivre, car seule la participation directe des travailleurs peut faire échec au nationalisme et au fascisme.

Il nous semble important de remercier non seulement ceux qui nous ont accompagnés dans cette tournée militante, à commencer par Sergei Kirichuk, mais aussi tous ceux qui nous ont accueillis et aidés à diffuser notre campagne. Cette campagne de Solidarité continue en Italie comme ailleurs, car la question reste au cœur de l’actualité internationale.
 
En effet, la guerre civile en Ukraine représente un tournant décisif dans la situation politique mondiale. Notre tâche aujourd'hui reste de clarifier la nature réelle du conflit. Mais seule une prise de position de la part du mouvement ouvrier international qui ait comme piliers l'anti-impérialisme et l'indépendance de classe peut aider réellement le développement des luttes entreprises par les travailleurs et peut conduire, à terme, au renversement du système capitaliste et à un changement dans un sens révolutionnaire et socialiste de l'Ukraine.

Toutes les photos de la tournée de « Solidarité avec la résistance antifasciste en Ukraine » sur Facebook : la page italienne et La campagne de Solidarité en France.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !