Les élections législatives du 26 septembre prochain, au Venezuela, marqueront un tournant dans la révolution bolivarienne. L’enjeu n’est pas uniquement de déterminer une majorité parlementaire. Le résultat de ces élections sera décisif pour le processus révolutionnaire dans son ensemble.

La révolution bolivarienne a plongé de profondes racines dans le peuple vénézuélien. Elle a bénéficié aux travailleurs, aux paysans et aux couches les plus pauvres de la population, et ce dans plusieurs domaines : éducation et santé publiques, développement des infrastructures de base, contrôle public d’industries stratégiques, début de la réforme agraire, etc.

L’exemple du Venezuela est une inspiration pour les travailleurs, les paysans et les pauvres qui, en Amérique latine et dans le monde entier, luttent contre la domination impérialiste, la pauvreté et l’exploitation.

Mais dans le même temps, la révolution bolivarienne s’est attirée les foudres de l’impérialisme américain et de l’oligarchie vénézuélienne, qui voient ces conquêtes sociales comme une menace contre les privilèges et le pouvoir des riches. Ils ont tout fait pour miner les objectifs et les accomplissements de cette révolution, à travers des pressions diplomatiques internationales, une campagne de mensonges dans les médias, le sabotage de l’économie – sans parler de plusieurs complots et tentatives de coup d’Etat.

Si la réaction remporte un grand nombre de sièges, au Parlement, il est clair qu’elle utilisera cette position pour faire obstacle aux mesures progressistes et pour démanteler les conquêtes de la révolution.

Une défaite de la révolution vénézuélienne serait utilisée contre les classes opprimées du monde entier, contre tous ceux qui luttent pour un monde meilleur. Cela encouragerait les forces réactionnaires de tous les pays à intensifier leurs politiques droitières. Cela les aiderait à affaiblir et démoraliser ceux qui s’y opposent. Pour ces raisons, il est plus que jamais nécessaire que toutes les forces progressistes de la société – les travailleurs, les pauvres des villes et des campagnes, la jeunesse, les intellectuels dévoués à la cause du peuple – unissent leurs voix et leurs efforts, en Amérique latine et dans le monde entier, pour défendre la révolution bolivarienne, pour populariser ses conquêtes sociales et dénoncer les forces réactionnaires qui s’efforcent de la détruire.

Les élections législatives du 26 septembre sont une étape importante dans cette lutte entre les forces du progrès et celles de la réaction – entre le passé et le futur. Aussi, nous apportons toute notre solidarité aux candidats bolivariens du PSUV (Parti Socialiste Unifié du Venezuela). Nous appelons le peuple vénézuélien à les soutenir par leur vote.

Nous appelons aussi tous les mouvements de solidarité avec la révolution vénézuélienne à redoubler d’efforts, d’ici le scrutin du 26 septembre, pour contrer la campagne de désinformation des médias internationaux. Il nous faut renforcer les liens de solidarité entre le peuple révolutionnaire du Venezuela et leurs camarades des autres pays, de façon à défendre la révolution à la fois contre ses ennemis intérieurs et ses ennemis extérieurs.

Pas touche au Venezuela !

Pour signer cet appel, allez sur cette page du site international de Pas touche au Venezuela !

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.