Le 2 juillet dernier, la police du Salvador a arrêté Mario Belloso, qu’elle accuse d’avoir tué un policier au cours d’une manifestation pacifique qui s’est déroulée le 5 juillet 2006.

Cet événement a été utilisé par le gouvernement réactionnaire d’Antonio Saca pour prendre une série de mesures destinées à criminaliser la lutte des travailleurs et des jeunes salvadoriens, à restreindre les liberté d’expression, de manifestation et d’association, et à attenter en général à toutes les libertés démocratiques que le mouvement ouvrier a gagné à travers des décennies de lutte.

La loi « anti-terroriste » est l’illustration la plus claire de cette politique réactionnaire. Adoptée en septembre 2006, elle est constituée de 53 articles décrivant 29 types d’activités désormais classées parmi les « actes terroristes » passibles de peines de prison allant de 5 à 65 ans. Cela signifie que toute action susceptible de créer de l’insécurité, de troubler l’ordre public ou d’effrayer la classe dirigeante pourra être caractérisée comme « terroriste ».

L’objectif de cette loi est clairement de criminaliser les luttes du peuple salvadorien, c’est-à-dire de mettre un terme à la mobilisation de la jeunesse et des travailleurs contre le gouvernement corrompu du président Saca, notamment dans la perspectives des élections présidentielles de 2009.

La tendance marxiste mexicaine El Militante est opposée aux méthodes de lutte qui ne reposent pas sur l’organisation de la masse des travailleurs. Nous sommes opposés au fait de remplacer l’organisation consciente des masses par des actions isolées qui, non seulement n’élèvent pas le niveau de conscience de la classe ouvrière, mais servent aussi de prétexte à la classe dirigeante et à son Etat pour réprimer les organisations des travailleurs.

En même temps, nous dénonçons l’hypocrisie de la classe dirigeante, de son gouvernement et de ses partis, qui dénoncent la violence tout en exerçant la pire des violences – à travers la police et l’armée, mais aussi par l’exploitation sauvage de millions de travailleurs dans les entreprises et les campagnes. Cette violence pousse des individus à se lancer dans des actions isolées et désespérées qui ne sont d’aucune efficacité dans la lutte contre l’exploitation capitaliste.

Le gouvernement salvadorien a utilisé les événements susmentionnés pour se livrer à des attaques et des arrestations contre des organisations ouvrières et révolutionnaires. Par exemple, il a réprimé une manifestation dans la petite communauté rurale de Zuchitoto. Les villageois protestaient contre la privatisation de l’eau le jour d’une visite du président Saca, le 3 juillet. La « Police de Réaction », une police d’élite, a arrêté cinq militants (dont trois femmes) en les accusant de terrorisme.

En même temps, le président a fait une déclaration publique dans laquelle il a calomnié le Bloc de la Jeunesse Populaire (BJP), ainsi que d’autres organisations, en les accusant d’être impliquées dans coups de feu visant des policiers, lors de la manifestation du juillet 2006.

Il s’agit clairement, de la part du gouvernement, d’une provocation à l’encontre du mouvement ouvrier salvadorien. Le BJP est une organisation de jeunes et de travailleurs, membres du FMLN et d’organisations syndicales, qui a toujours lutté pour défendre les droits et les conditions de vie des travailleurs. C’est précisément pour cette raison que le BJP s’est attiré les foudres du gouvernement d’Antonio Saca.

Le gouvernement menace d’arrêter des dirigeants de plusieurs organisations de gauche, en visant en premier lieu les plus militantes, comme le BJP. C’est pourquoi nous lançons cet appel. Nous alertons le mouvement ouvrier international et appelons à sa mobilisation pour mettre un terme à cette vague de répression, pour défendre les libertés démocratiques du peuple Salvadorien et pour obtenir la libération des prisonniers politiques. Aujourd’hui plus que jamais, faisons entendre le cri de ralliement de la Première Internationale : « Travailleurs de tous les pays, unissez-vous ! »

Non aux attaques contre le BJP ! 
Libération immédiate de tous les prisonniers politiques !
Contre le terrorisme d’Etat, mobilisation de masse !

 

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !