110 militants ont participé à l’Ecole marxiste organisée par la section canadienne de la Tendance Marxiste Internationale (TMI), les 13 et 14 février dernier, à Montréal. Cette sixième édition était un succès sans précédent aussi bien du point de vue de la participation (70 militants l’an passé) que de la qualité des débats et de l’enthousiasme révolutionnaire. Nos camarades canadiens, organisés autour des journaux Fightback et La Riposte, mènent un travail remarquable sur les universités de Toronto et Montréal, où ils sont l’organisation politique de gauche la plus active et la plus connue. Ils y ont gagné de nombreux militants, l’an passé.

Des camarades des Etats-Unis, de France, d’Italie et de Suisse avaient été invités. Joël Bergman, du comité de rédaction de Fightback, a ouvert l’Ecole en lisant les salutations de la Fédération des étudiants marxistes de Grande-Bretagne. Le caractère internationaliste de notre combat est fondamental. La classe ouvrière des cinq continents a les mêmes intérêts et les mêmes ennemis. Cette vérité a une résonnance toute particulière au Canada, où la question nationale continue d’occuper une place importante dans la vie politique. Au Québec, certaines organisations « marxistes » font toutes sortes de concessions au nationalisme bourgeois. A l’inverse, nos camarades ont toujours défendu une position fermement internationaliste. Sur cette base, ils ont gagné d’excellents jeunes francophones à Montréal, ce qui marque une étape décisive dans la construction de la TMI dans le pays.

Le matin du premier jour, Jérôme Métellus, de Révolution, a introduit la discussion sur le thème : « L’impérialisme, le terrorisme et la crise des réfugiés ». L’après-midi, Tom Trottier, de la section américaine de la TMI (Socialist Appeal), a fait un exposé sur « Trump, Sanders et la polarisation politique aux Etats-Unis ». Le matin du deuxième jour, le camarade québécois Julien Arseneau a ouvert la discussion sur « La Rébellion de 1837-38 », au Québec – une révolution bourgeoise avortée dont Julien a dégagé les grandes leçons. Enfin, l’Ecole s’est achevée par une discussion sur « La lutte des marxistes contre le racisme, le sexisme et l’oppression », que John Peterson (Etats-Unis) a introduite.

Tous les exposés étaient suivis d’excellents débats. L’ensemble de ce week-end offrait l’image d’une section canadienne en pleine croissance – non seulement sur le plan de ses effectifs, mais aussi sur celui de l’enthousiasme révolutionnaire et du niveau politique des camarades. Une petite critique, tout de même : il faisait – 30°, dehors. 

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !