Agenda 2020

La Tendance marxiste internationale (TMI), dont Révolution est la section française, organise une Ecole marxiste en ligne du 25 au 28 juillet. Elle est ouverte à tous.

Le capitalisme traverse la plus grave crise de son histoire. Ce système est dans l’impasse ; il menace de plonger l’humanité dans la barbarie. La TMI lutte pour le renversement du capitalisme et la transformation socialiste de la société à l’échelle mondiale. Pour y parvenir, nous devons construire une puissante Internationale révolutionnaire, enracinée dans la jeunesse et la classe ouvrière de tous les pays. C’est ce que s’efforce de faire la TMI, avec un succès croissant.

Lénine disait : « pas de mouvement révolutionnaire sans théorie révolutionnaire ». La TMI, qui est active dans plus de 30 pays, accorde une grande importance à la formation théorique de ses militants. Cette Ecole marxiste en ligne abordera de nombreux thèmes : la conception matérialiste de l’histoire ; la théorie économique de Marx ; le rôle du parti révolutionnaire (marxisme contre anarchisme) ; l’attitude des marxistes à l’égard de la religion – et de la morale ; la lutte contre le sectarisme ultra-gauchiste ; la nature et le rôle de l’Etat ; l’histoire de la TMI ; la lutte contre les idées « post-modernes » ; la lutte des classes et les oppressions ; la vie et l’œuvre de Friedrich Engels ; le capitalisme et la crise climatique ; la philosophie marxiste et la science moderne ; la lutte contre l’impérialisme ; la crise du réformisme et l’alternative révolutionnaire.

Les exposés seront en anglais, mais seront traduits en français et dans plusieurs autres langues. Pour tout savoir sur cette Ecole et vous y inscrire, c’est par ici !

IMU20_Website_Engels3x2_FR.jpg

Des militants de Révolution animeront une nouvelle réunion publique en ligne sur la situation aux Etats-Unis. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

Dans sa lutte héroïque contre le racisme d’Etat, la jeunesse américaine suscite l’enthousiasme des opprimés de tous les pays. Or c’est cette même jeunesse américaine qui, d’après tous les sondages, adhère de plus en plus aux idées du « socialisme ». Bien sûr, le contenu de ce « socialisme » reste à clarifier. Mais l’essentiel, c’est de voir se lever, aux Etats-Unis mêmes, le drapeau de la lutte contre le système capitaliste.

Cette réunion publique fera le point sur la crise du capitalisme américain et sur le développement de la lutte des classes dans ce pays.

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat.

Pour préparer la réunion, nous vous conseillons de lire cet article.

A demain !

Après les succès des quatre précédentes réunions en ligne, des militants de Révolution animeront une nouvelle réunion publique en ligne sur la France insoumise. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

En 2016 et 2017, la France insoumise (FI) a suscité l’enthousiasme d’un grand nombre de jeunes et de salariés. Aux présidentielles, le résultat de Jean-Luc Mélenchon (20 %) a confirmé l’énorme potentiel de ce mouvement. Révolution a soutenu la FI dès sa création. Nous avons fait campagne pour ses candidats. Cependant, nous avons souligné les limites du programme réformiste de la FI. Nous avons aussi expliqué la nécessité de transformer ce mouvement en un parti, car c’était – et cela reste – le seul moyen de consolider et développer ses forces militantes.

Le revers de la FI aux élections européennes (6,3%) a été célébré par tous les politiciens et journalistes réactionnaires. Ils exultaient : « la FI, c’est fini ». Or c’est loin d’être évident. Compte tenu de l’état du reste de la gauche, le potentiel de la FI reste important. Cette réunion en ligne discutera de son avenir, en commençant par analyser les raisons de ses succès, mais aussi de ses revers.

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat. Elle est ouverte à tous – que vous soyez militants, ou non, de la FI

Pour préparer la réunion, nous vous conseillons de lire cet article.

A vendredi !

Après les succès des trois précédentes réunions en ligne, des militants de Révolution animeront une nouvelle réunion publique en ligne sur la révolution russe de 1917. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

La Révolution russe de 1917 fut un événement historique d’une importance colossale. En huit mois, des millions de travailleurs, paysans et soldats russes ont renversé la monarchie tsariste (février), puis porté au pouvoir le parti bolchevik (octobre). Pour la première fois – si l’on excepte l’héroïque soulèvement des communards de Paris, en 1871 – les travailleurs prenaient le pouvoir et engageaient la construction d’une société socialiste. L’impact international de cet événement fut immense. Il bouleversa le cours de l’histoire.

Nous expliquerons quelles furent les causes de cette révolution, sa dynamique interne, les raisons de sa dégénérescence stalinienne, au milieu des années 20 – et quelles leçons nous pouvons en tirer, aujourd’hui, pour faire avancer la lutte contre le capitalisme.

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat.

Pour préparer la réunion, nous vous conseillons de lire cet article.

A vendredi !

Après les succès des réunions en ligne du 1er mai et du 8 mai, des militants de Révolution animeront une nouvelle réunion publique en ligne sur la lutte contre l'oppression des femmes. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

Les femmes du salariat et des classes moyennes portent le plus lourd fardeau de la crise du capitalisme. Il en fut toujours ainsi, dans ce système. Mais en retour, les femmes exploitées et opprimées ont souvent joué un rôle révolutionnaire de premier plan.

Qu’en sera-t-il à l’avenir ? Comment le marxisme explique-t-il l'oppression des femmes – et que propose-t-il pour combattre cette oppression ?

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat.

A vendredi !

Après le succès de la réunion en ligne du 1er mai qui a réuni 85 personnes, des militants de Révolution animeront une nouvelle réunion publique en ligne sur Mai 68. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

L'anniversaire de Mai 68 va donner lieu, dans les médias officiels, à des articles, débats et documentaires plus ou moins hostiles à cette grande grève générale, dont le souvenir hante toujours la classe dirigeante. Leur message central sera: «C'est de l'histoire ancienne; aujourd'hui, un nouveau Mai 68 est impossible!».

En réalité, la crise du capitalisme français met à l'ordre du jour un nouveau Mai 68. D'où la nécessité de comprendre ce qui s'est passé et quelles en sont les principales leçons pour nos luttes actuelles et à venir. Quel fut le rôle des étudiants? Comment la grève générale s'est-elle développée? Pourquoi peut-on affirmer que Mai 68 fut une authentique situation révolutionnaire? Et dans ce cas, pourquoi les travailleurs n'ont pas pris le pouvoir?

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat.

Pour préparer la réunion, nous vous conseillons de lire cet article.

A vendredi !

Le vendredi 1er mai, à 17h, des militants de Révolution animeront une réunion publique en ligne sur la philosophie marxiste. Ouverte à tous, cette réunion se tiendra sur Zoom. Pour y participer, il vous suffit de remplir ce formulaire.

La crise du capitalisme confirme la vitalité et l’actualité des idées du marxisme. Or, en un sens, le marxisme d’abord une philosophie : le matérialisme dialectique. La conception marxiste de l’histoire et Le Capital sont des applications de la dialectique matérialiste à la société humaine, à son histoire et à l’économie capitaliste. Bref, pour étudier le marxisme, il est tout indiqué de commencer par sa philosophie.

Le marxisme n’est pas une doctrine académique ; c’est une arme révolutionnaire. Lénine disait : « Pas de mouvement révolutionnaire sans théorie révolutionnaire ». On peut ajouter : pas de théorie révolutionnaire sans philosophie révolutionnaire. Nous verrons comment la philosophie marxiste ne se contente pas d’interpréter le monde, mais vise à le transformer.

La réunion commencera par un exposé d’une trentaine de minutes, qui sera suivi d’un débat.

Pour préparer la réunion, nous vous conseillons de lire ce court article.

A vendredi !

La troisième édition de l’Ecole francophone de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) s’est tenue près de Genève, en Suisse, les 14 et 15 décembre derniers. Plus de 70 militants et sympathisants de la TMI – venus de Suisse, de France et de Belgique – ont profité de ces deux journées pour partager leur expérience et se former politiquement.

La TMI accorde une place centrale à la formation théorique de ses militants. Il est impossible de combattre sérieusement le capitalisme sans d’abord le comprendre, c’est-à-dire l’analyser scientifiquement. Comme l’écrivait Lénine : « sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire ». L’efficacité de nos actions militantes en dépend, mais aussi notre capacité à construire une organisation solide, qui résiste aux pressions idéologiques du système capitaliste.

Le rôle du parti

Le samedi matin a débuté par deux ateliers complémentaires : l’un sur le rôle du parti révolutionnaire dans la lutte contre le capitalisme ; l’autre sur les différences entre le marxisme et l’anarchisme.

La question du parti est justement l’une des grandes divergences entre marxisme et anarchisme. Pour les marxistes, l’expérience du mouvement ouvrier international a démontré la nécessité, pour les travailleurs, de disposer d’une organisation ayant assimilé les leçons des luttes passées – et capable d’élaborer, sur cette base, un programme et une stratégie solides. Ainsi, c’est l’existence du parti bolchevik qui a permis aux travailleurs russes de prendre le pouvoir – à travers leurs soviets (« conseils ») – en octobre 1917. Inversement, c’est l’absence d’un parti de type bolchevik qui a déterminé les défaites des révolutions espagnole (1931-38), chilienne (1970-73) et allemande (1918-23), pour ne citer que ces exemples parmi bien d’autres.

Perspectives mondiales et thèmes historiques

L’après-midi, nous avons débattu en séance plénière des « perspectives mondiales », c’est-à-dire de la situation économique, politique et sociale à l’échelle internationale. L’imminence d’une nouvelle récession mondiale et les explosions révolutionnaires dans de nombreux pays (Chili, Irak, Liban, etc.) étaient au cœur des discussions. Cette séance a aussi analysé le rôle croissant de la jeunesse dans les mobilisations sociales, notamment sur la question du climat.

En fin d’après-midi, les deux ateliers portaient sur des thèmes historiques : d’une part la guerre d’Algérie, d’autre part la grande Révolution française de 1789-94 – révolution bourgeoise par excellence, mais dans laquelle on peut puiser d’importantes leçons pour nos luttes actuelles et à venir.

Après une collecte record (1 400 €), la soirée a permis aux participants de discuter dans un contexte plus festif et informel, avec notamment un tour de chants révolutionnaires.

La violence, l’Etat et Léon Trotsky

Le lendemain matin, un atelier a abordé la question de la violence, qui est d’actualité en ces heures de violences policières. L’autre atelier abordait un sujet complexe : le bonapartisme. Pour les marxistes, ce terme désigne un régime politique dans lequel l’Etat s’émancipe – dans une certaine mesure – de la tutelle immédiate de la classe dirigeante, tout en continuant à servir ses intérêts. C’est le type de régime qui existe actuellement en Iran ou en Chine (entre autres). La montée des mobilisations révolutionnaires nous oblige à étudier sérieusement ce phénomène.

L’école s’est conclue, le dimanche après-midi, par une séance plénière sur Léon Trotsky. Les idées du grand révolutionnaire russe sont souvent caricaturées, voire falsifiées, par les historiens bourgeois ou staliniens. Après avoir été l’un des dirigeants de la révolution d’octobre 1917, puis le chef de l’Armée rouge, Trotsky a été le plus important animateur de la lutte contre le stalinisme en URSS et à l’échelle internationale. Il l’a payé de sa vie.

Au-delà de son rôle de formation, cette école a aussi été l’occasion de démontrer l’enthousiasme et l’optimisme des camarades, deux éléments sans lesquels il est impossible de construire une organisation révolutionnaire à la hauteur des événements qui nous attendent.