Cet article date de mars 2006

On a rarement vu un tel décalage entre la portée d’un événement et les commentaires qui l’accompagnent. En remportant largement les élections au Parlement palestinien, le Hamas a provoqué un flot de réactions diplomatiques, d’éditoriaux et de reportages affolés. Rappelons cependant que le Conseil Législatif Palestinien, dont le Hamas a remporté 76 sièges sur 132, est un organe sans pouvoir réel, tout comme l’Autorité Palestinienne.

A l’origine, le Hamas était une simple association islamique de bienfaisance. Il a dû son développement à la classe dirigeante israélienne et à ses protecteurs impérialistes, qui y voyaient un moyen d’affaiblir l’influence de l’OLP et des organisations de gauche dans les territoires occupés. Les autorités militaires israéliennes n’ont jamais mis d’obstacle à ses financements et ses activités sociales. Cette organisation s’est transformée en parti politique en 1987, au lendemain de la première Intifada, que ni le Hamas ni le Fatah n’ont contribué à déclencher.

Malgré ses « œuvres sociales » et sa démagogie anti-impérialiste, le Hamas est un parti réactionnaire. Nous trouvons ses équivalents au pouvoir en Iran et dans les monarchies du Golfe persique. Ces régimes comptent parmi les plus rétrogrades de la terre, et sont pour la plupart de fidèles alliés des impérialistes occidentaux.

Le Hamas ne doit sa victoire qu’à la faillite du Fatah, dont la corruption et l’impuissance politique révoltent la masse du peuple palestinien. Les élections ont exprimé le rejet, par les Palestiniens, de douze années de soi-disant processus de paix, au cours desquelles leurs conditions de vie n’ont cessé de se dégrader et les confiscations de terres de se poursuivre, avec leur cortège de brimades et d’humiliations.

D’ores et déjà, la droite israélienne et les principales puissances impérialistes fustigent les résultats du suffrage universel ! Le Hamas est mis en demeure de reconnaître Israël, et on menace de couper les subsides sans lesquels les territoires palestiniens ne peuvent survivre. Ces réactions contrastent fortement avec l’encensement du Premier ministre Sharon, après son hospitalisation, et l’éloge de sa décision d’évacuer la bande de Gaza.

Le retrait de Gaza

Le retrait israélien de Gaza n’est le résultat ni des attentats suicide - qui font le jeu de la droite israélienne -, ni de la politique du Hamas ou du Fatah. Il doit encore moins à la bonne volonté du gouvernement israélien. Celui-ci veut donner l’impression de faire des concessions aux Palestiniens, alors qu’il n’en fait pas en réalité. L’emprise israélienne sur Gaza est maintenue. Le territoire est entouré d’un mur infranchissable. Ses frontières maritimes et aériennes, elles aussi hermétiquement closes, demeurent sous contrôle israélien. Il n’existe aucune infrastructure économique permettant d’assurer un développement viable à ce territoire qui vit de diverses contributions, surtout européennes. Le chômage affecte 70% d’une population dont les 2/3 vit sous le seuil de pauvreté. Enfin, Gaza est régulièrement la cible de bombardements et d’assassinats « ciblés » de la part des forces armées israéliennes. Gaza est le premier bantoustan de Palestine, territoire dont la seule fonction est de maintenir une population sous contrôle. Le retrait de Gaza sert avant tout à masquer le renforcement de l’emprise israélienne sur la Cisjordanie.

Gaza n’est également que la première étape d’un plan visant à enfermer - au moyen du fameux « mur de séparation » - le reste de la population palestinienne dans quelques enclaves économiquement non viables et coupées les unes des autres. Le but ultime est d’annexer de fait la meilleure partie de la Cisjordanie et de conserver le contrôle du reste des territoires palestiniens, tout en faisant supporter le fardeau économique aux Européens et aux Etats arabes.

Perspectives

Les murs et les miradors, s’ils ont une certaine efficacité contre les infiltrations, sont impuissants contre les roquettes Kassam occasionnellement tirées sur les villes israéliennes. Ces enclaves palestiniennes demeureront des foyers de troubles dans la région et n’assureront jamais la paix à Israël. Le projet politique de Kadima, le parti fondé par Sharon, n’est qu’une fuite en avant qui n’étouffera ni le terrorisme palestinien, ni la lutte des masses. Il est tout aussi voué à l’échec que le status quo défendu par le Likoud. Le programme du Hamas n’offre quant à lui aucune perspective sérieuse d’amélioration des conditions de vie des Palestiniens, sans même parler de mettre un terme à l’occupation. La « destruction d’Israël » est un mot d’ordre absurde, complètement réactionnaire, et que rejettent d’ailleurs 84% des Palestiniens, selon un récent sondage. Réciproquement, la majorité des Israéliens ne partage pas l’intransigeance et le chauvinisme de Kadima et du Likoud.

La droite israélienne tente de diaboliser le Hamas et l’utilise dans l’espoir de retarder les effets, sur les travailleurs israéliens, de sa politique intérieure, catastrophique sur le plan social et économique.

L’avenir immédiat du peuple palestinien va se jouer pour partie lors des prochaines élections israéliennes. Mais il se joue aussi hors des frontières d’Israël et de Palestine. Les principaux régimes arabes sont indifférents, voire complices, du sort fait aux Palestiniens. Les classes dirigeantes de ces pays tirent profit de la protection que leur assurent les grandes puissances impérialistes. Jusqu’à présent, seul un mouvement de masse - l’Intifada - a pu modifier, ne serait-ce que provisoirement, le cours des événements. L’économie palestinienne est largement intégrée à l’économie israélienne.

Une fédération entre nations égales, quelle qu’en soit la forme, est la seule perspective sérieuse offerte à Israël et à la Palestine. Mais ceci est absolument hors de question sur la base du capitalisme. L’unique façon de réaliser cette perspective serait la réalisation du socialisme au Proche Orient. Seuls les travailleurs du Proche Orient, une fois au pouvoir, pourront soustraire cette région à l’emprise qu’exercent sur elle les grandes puissances impérialistes, avec l’immense gâchis humain et économique que cela provoque.

Le 15 mars 2006

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.