Depuis samedi le niveau 4 d’alerte terroriste s’applique dans la capitale belge et la commune de Vilvoorde, soit le plus haut niveau possible en Belgique, qui décrit la menace comme « sérieuse et imminente ». Bruxelles vit pratiquement un état de siège.

Ce niveau a déjà été atteint en 2007, mais c’est la première fois que les mesures prises ont une influence si radicale sur la vie publique d’une ville. Un attentat tel que celui qui a meurtri Paris le 13 novembre serait en préparation à Bruxelles. Après l'explosion de l'avion russe sur le Sinaï, l'attaque dans le sud de Beyrouth, la prise d’otages sanglante au Mali, les djihadistes se tourneraient vers la capitale de la Belgique. Les grands centres commerciaux sont fermés, les activités publiques ont été annulées, des bars ont été fermement invités à baisser leurs volets, le métro et le prémétro ne fonctionnent plus, les écoles ont fermé leurs portes. D'importants contingents parachutistes patrouillent avec la police dans les rues de Bruxelles. Des véhicules blindés de l'armée sont situés dans des endroits stratégiques de la ville. En quelques heures, les rues se sont vidées. Bruxelles tourne au ralenti et ressemble à une ville morte, devenue l’otage des mesures anti-terroristes du gouvernement.

La psychose associée à ces mesures est grande. Elle est alimentée par les médias publics et privés et entretenue par le gouvernement. La peur est un bon moyen pour que la population s’autocensure. Le gouvernement n’a alors plus besoin de recourir à des mesures policières plus strictes. La police de Saint-Gilles, à la demande du bourgmestre (maire) PS Charles Picqué, a ainsi tenté d’interdire une conférence sur la Syrie, organisée par la LCR. Et encore, le niveau d’alerte terroriste n’était à ce moment-là qu’au niveau de 3. Le motif invoqué est que la police ne pouvait pas garantir la sécurité de l'activité. « Pour votre propre sécurité, veuillez-vous abstenir d’organiser de telles activités » est le message. Un bel exercice d’intimidation. Une belle victoire pour Daesh et d'autres terroristes !

C’est la première fois depuis longtemps que le gouvernement, les bourgmestres, l'armée et la police sont intervenus si profondément dans la vie publique de la ville. Contrairement à la France, la Belgique ne dispose pas d’un régime d’exception comparable à « l’état d'urgence ». Même si elle dispose d’un « état de guerre », ce dernier peut difficilement être invoqué aujourd'hui car il suppose que l'armée belge soit en  conflit avec une armée étrangère. L'état d'urgence « à la française » accroît considérablement les pouvoirs des préfets, qui sont nommés par le gouvernement. Comme lors de la révolte des banlieues en 2005, ils peuvent déclarer un couvre-feu, interrompre la libre circulation des personnes, mais aussi empêcher la permanence dans un territoire donné de « quiconque cherche à faire obstacle, d’une quelconque manière, à l’action des pouvoirs publics », formule très générale et qui pourra donc s’appliquer à des militants du mouvement ouvrier. Ce pouvoir peut s’exercer aussi bien sur un individu que sur un groupe. D’autres dispositions précisent la menace potentielle contre nos droits démocratiques : perquisitions sans mandat des autorités judiciaires, assignations à résidence de personnes présumées dangereuses, limitations du droit de réunion et d’organisation collective… Concrètement, le gouvernement et ses préfets se donnent les moyens de suspendre l’activité, non seulement de terroristes potentiels, mais aussi de structures politiques, syndicales ou associatives n’ayant rien à voir avec le djihadisme.

Comme en France ?

Sans surprise, l'ensemble de la droite et les partis du gouvernement français ont voté la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 25 février. Mais il est tout simplement scandaleux que les élus du Parti communiste aient fait de même. L'interdiction de manifestation s’est appliquée ce week-end à une manifestation de solidarité avec les réfugiés au cœur de Paris. Plusieurs centaines de militants ne s’y sont pas soumis et ont défié l’interdiction. Suite à cette manifestation, cinquante-huit personnes ont été arrêtées et risquent jusqu'à six mois d'emprisonnement et une amende allant jusqu'à 7500 euros, selon le communiqué de la police. « Liberté » dites-vous ?

A Toulouse, 10 000 personnes sont descendues dans les rues en solidarité avec les victimes, mais aussi contre le racisme, contre l'état d'urgence et contre l'« union nationale » (à savoir l'alliance entre la gauche et la droite). La marche était l'initiative de la CGT, la FSU et d'autres associations. Le fait que la direction nationale de la CGT, après de longues hésitations, dénonce l'état d'urgence et l'unité nationale est un facteur majeur dans la situation politique. En Belgique, il semble que les syndicats n’aient rien à dire à propos de la « lutte contre le terrorisme ». Ils pourraient s’inspirer de la CGT française qui a rejeté à la fois « l'union nationale », l‘extension de « l’état d’urgence » et l'interdiction des manifestations, dans un communiqué daté de jeudi dernier. La CGT maintient donc son appel pour une journée d’action nationale le 2 décembre en solidarité avec les salariés licenciés d'Air France.

Le gouvernement belge prépare plusieurs initiatives législatives dans les prochaines semaines pour faire voter des lois similaires à celles en vigueur en France. C’est ce que nous avons retenu du discours résolu du Premier ministre, Charles Michel, jeudi dernier au parlement : dix-huit mesures ont été annoncées, avec un coût total de 400 millions d'euros. Cette dépense en sécurité est relativement plus importante qu’en France, où François Hollande a estimé le prix de ses nouvelles mesures à 600 millions d’euros. Le gouvernement tente de manipuler la situation à Bruxelles et l'opinion publique pour qu’elle accepte la restriction de ses droits et de ses libertés démocratiques. Au nom de la lutte contre le terrorisme, des mesures sont prises et testées, qui, plus tard, seront utilisées contre la grogne sociale et les actions du mouvement ouvrier.

Crédibilité du gouvernement

La légitimité du gouvernement, et dans un sens plus large celle de l'appareil d'Etat, est désormais en jeu. Pour l'instant, les gens accordent beaucoup de crédit à la police, à l'armée et aux politiques antiterroristes. La crainte d'attaques terroristes constitue le facteur clé pour comprendre cette confiance dans la police et l’armée : les gens cherchent à se protéger et se tournent vers les forces de sécurité. Cela est tout à fait compréhensible. La sympathie pour la police est en augmentation. Depuis quelques jours, le nombre d'abonnés à la liste de diffusion du Centre de crise est passé de 12 000 à 20 000. Le nombre de personnes abonnées au compte Twitter de la police fédérale a triplé. Ce n’est pas un hasard non plus si de nombreuses personnes ont suivi les conseils de la police de ne pas diffuser des informations sur les actions antiterroristes en cours. De leur côté, ces services comprennent aussi que l’occasion est trop belle pour ne pas être saisie et redorent ainsi leur blason terni.

« La population a beaucoup de compréhension pour les mesures prises, la question est : pour combien de temps ? […] Les maigres résultats de dimanche soir, même pas une arme à feu, ne font pas l’affaire de l’enquête » [1]. S’ils ne réussissent pas rapidement et très rapidement une « percée », l'opinion publique, une partie du moins, pourrait se retourner contre le gouvernement et contre les forces de sécurité. Souvenons-nous de la grande crise de régime de 1996-1997, avec l'affaire Dutroux. La grande majorité de la population s’est alors détournée des institutions (gendarmerie, police, justice, gouvernement) qui prétendent exister pour nous protéger, mais qui avaient alors d’autres priorités... 

Si le gouvernement veut garder une certaine crédibilité, il est impératif qu’il fasse une percée rapide dans la lutte contre le terrorisme. Les perquisitions et arrestations nocturnes de dimanche ont accouché d'une souris. Parmi la vingtaine de personnes arrêtées, une seule est inculpée. Aucune arme ni explosif n’a été retrouvé. Salah Abdeslam, soupçonné d’être le cerveau des attaques de Paris, est toujours en fuite. Face à la critique, le gouvernement prétend maintenant avoir déjoué une série d’attentats à Bruxelles grâce à ses actions dimanche…

Une des caractéristiques d'une situation comme celle d'aujourd'hui est la fluidité de l'opinion publique : elle peut rapidement basculer dans un sens ou un autre. Les Bruxellois tolèrent beaucoup pour l’instant, mais la tension monte, tout comme l'incompréhension face aux contradictions de la politique menée. Un exemple : le Conseil national de sécurité a maintenu le niveau 4 et l’a prolongé jusqu'au lundi 30 novembre à Bruxelles. Mais les écoles et le métro seront progressivement remis en service. Une journaliste de la radio publique bruxelloise (VivaCité) soulignait cette situation pour le moins « paradoxale ». La CGSP Cheminots Bruxelles a fait aussi écho au mécontentement et à la peur du personnel de la SNCB  face au manque de sécurité dans les grandes gares à un moment où le niveau d’alerte est pourtant maintenu.

L’escroquerie de l’union nationale

Les idées de la N-VA, le plus à droite des partis de gouvernement, alimentent le ministre de l'Intérieur et le ministère de la Défense. Ses représentants semblent mener à la baguette les politiques antiterroristes du gouvernement. Mais ils se rendent aussi compte que, sans résultats tangibles, ils seront les premiers sous le feu des critiques. Pour préparer le terrain, la N-VA, tout en prêchant l’union nationale pour les autres partis et organisations sociales, vient de dynamiter ladite union : dans une lettre ouverte au nom de la N-VA, Karl Vanlouwe pointe la responsabilité des « politiciens francophones » et de « l’islamo–socialisme » dans le terrorisme en Belgique. Une manœuvre de diversion, une raison de plus pour que la gauche ne reste pas silencieuse.

L'union nationale autour de la politique antiterroriste est une escroquerie politique. Son objectif est d'arrêter la lutte sociale au nom de la lutte contre le terrorisme. La gauche se range derrière la politique de la droite, comme si le clivage entre gauche et droite ne s’appliquait pas à la lutte contre le terrorisme. Le PS et le sp.a (Socialistische Partij Anders) sont tombés à pieds joints dans ce piège… Les dirigeants syndicaux de la FGTB et de la CSC également. La décision de suspendre les manifestations dans les prochaines semaines revient à déclarer une trêve sociale unilatérale de la part de la FGTB et probablement aussi de la CSC. La question est la suivante : est-ce que le gouvernement suspend aussi ses plans de destruction sociale ? Est-ce que le patronat a décidé d'arrêter d'attaquer les travailleurs ? Non, naturellement pas. Pire encore, ce gouvernement essaie de diviser les gens en opposant les musulmans aux non-musulmans, aux réfugiés, etc. Tout comme le gouvernement français, notre gouvernement se prépare à limiter les libertés et les droits démocratiques au nom de la lutte contre le terrorisme. Ce n'est pas le moment de ne plus descendre dans la rue. Ce n'est pas le moment de relâcher la pression et nos protestations. Bien au contraire. A Bruxelles les syndicats ne semblent rien avoir à dire au sujet du niveau d’alerte 4 et les mesures qui y sont associées. Heureusement qu’une partie de la population se rebiffe, comme le montre l’initiative « Bruxelles est à nous ». Un autre signe positif est la grève générale très réussie à Charleroi et dans le Hainaut contre la politique du gouvernement, le lundi 23 novembre. Pourtant, la pression pour un report a été grande : à Namur, les syndicats ont malheureusement plié et changé la date initialement prévue.

Pas de paix sociale, repartir à l'offensive

Le mouvement syndical a une responsabilité énorme pour reprendre immédiatement sa lutte contre ce gouvernement. L'état de siège actuel à Bruxelles ainsi que les mesures restreignant les droits et libertés démocratiques méritent une approche très critique. Il ne suffit pas de se limiter à des mots, à des communiqués ou conférences : des actions de masses s’imposent. Partout en Europe, il existe une tendance lourde vers le renforcement de l'appareil d'Etat, vers un Etat fort et vers la réduction du contrôle démocratique sur les tribunaux et la police. Toutefois, elle peut être freinée, et même repoussée, par la mobilisation de masse. Les syndicats feraient bien aussi de dénoncer le terreau social et économique qui alimente le terrorisme dans les quartiers populaires et de pointer la responsabilité des aventures impérialistes de la Belgique, de la France et d'autres pays au Moyen-Orient. Le mouvement syndical dispose du plus grand « réseau » de faiseurs d'opinions dans le pays, c’est-à-dire les délégués syndicaux et les militants. Le syndicat devrait les aider dans leurs actions sur leur lieu de travail contre les préjugés racistes, dans leur lutte pour l'unité et pour un changement radical de la société. L’heure n’est pas aux atermoiements ou à la dilution de nos principes.


[1] De Standaard, 24 novembre 2015.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !