Les résultats des élections législatives du 24 septembre dernier, en Allemagne, constituent un sérieux revers pour les « partis de gouvernement ». Le SPD (social-démocrate) se réfugie dans l'opposition pour ne pas risquer la simple disparition, pendant que la CDU/CSU (droite) va devoir s'appuyer, pour gouverner, sur une coalition des plus fragiles. La chancelière Angela Merkel n'a pas été battue, certes, mais elle est sensiblement affaiblie. La stabilité politique et économique de l'Allemagne en a pris un sérieux coup.

Avec 33 % des voix, la CDU/CSU réalise son plus mauvais score depuis la création de la RFA, en 1949 – tout comme le SPD, avec 20,5 % des voix. Les « libéraux » du FDP (centre-droit), qui s'étaient heurtés en 2013 à la barre de 5 %, manquant ainsi leur maintien au Parlement, réalisent cette fois-ci 10,7 %. L’extrême droite, incarnée par l'AfD, se place en troisième position avec 12,6 %. Die Linke (« La Gauche », qui est à gauche du SPD) obtient 9,2 % des voix. La participation électorale, sur 61,6 millions d'inscrits, est de 76,2 % – contre 71,5 % en 2013.

Plus de 25 ans après l'« adhésion » de la RDA à la RFA, on constate que la « réunification » allemande est loin d'être totale. Il existe une grande différence entre les résultats électoraux à l'Est et à l'Ouest, de même qu'entre les zones urbaines et les zones rurales. Dans les années 1990, les traditionnels partis « de gauche » pouvaient encore compter sur le vote d'une bonne partie de la classe ouvrière. Aujourd'hui, dans le Land de la Saxe, par exemple, en additionnant toutes les voix de droite et d’extrême droite, on parvient au chiffre de 63,2 %, soit deux fois et demie le score cumulé du SPD et Die Linke. Avec 21,5 % des voix sur l'ensemble de l'ex-RDA, l'AfD y dépasse même la droite traditionnelle.

La fin du statu quo

L’Allemagne fait partie des nations industrialisées les plus riches du monde. Elle est en Europe l’acteur dominant, économiquement et politiquement. Mais ce leadership s’est construit aux dépens de la classe ouvrière, tant en Allemagne que dans le reste de l’Europe. Les contre-réformes les plus dures y ont été imposées plus tôt que sur le reste du continent. « Nous avons réalisé le meilleur secteur de bas salaires qui soit en Europe », se vantait en 2005 le chancelier fédéral de l’époque Gerhard Schröder (SPD), au sujet de « l’Agenda 2010 », programme réactionnaire qu’Angela Merkel a poursuivi jusqu'à ce jour. En conséquence, les banques et les multinationales allemandes ont mieux résisté à la crise de 2008 – pour le moment.

Alors que les profiteurs ne tarissent pas d’éloges sur Merkel et « l’espace économique allemand », la réalité quotidienne de millions de personnes y est très dure. Plus de 4,6 millions de salariés ne parviennent à s’en sortir qu’en multipliant les petits boulots. 1,6 million d'entre eux sont contraints de façon durable aux temps partiels. Selon une étude du Bureau fédéral d’aide au logement, le nombre de sans-abris devrait s’élever en 2018 à 530 000, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2015. Or l'Allemagne compte plus de 200 000 logements vides. Voilà le bilan de la droite et de ses alliés sociaux-démocrates.

Les milliards de profits du capitalisme allemand sont le résultat de bas salaires et de sur-travail impayé. D’après une enquête récente de l’institut d’opinion Infratest-dimap, 79 % de la population allemande pense que les richesses ne sont pas réparties de façon équitable, dans le pays, et 88 % de la population pense que le gouvernement fédéral n’a entrepris aucun effort réel pour y remédier.

Die Linke

Les scores de Die Linke (la gauche dite « radicale ») se sont légèrement améliorés à l'occasion de ce scrutin, passant de 3,7 millions de voix (8,6 %) en 2013 à 4,3 millions de voix (9,2 %). Ses bastions se situent toujours à l’Est du pays. Mais sa participation aux divers gouvernements régionaux se résume dans le meilleur des cas à un rôle de « social-démocratie de gauche ». Du fait de son soutien à des politiques de privatisation et d'austérité, dans certains cas, ce parti a connu des défections électorales massives, en particulier en Thuringe, où le chef de l’exécutif régional est membre de Die Linke.

En revanche, ce parti progresse d'une façon notable dans les Länder occidentaux, où il a critiqué de façon plus claire les politiques d'austérité. Il y a progressé dans d'anciens bastions du SPD. Mais cette tendance demeure limitée : au total, Die Linke a peu profité de la chute du SPD.

Au cours des quatre dernières années, le SPD a participé au gouvernement et participe toujours à la majorité des exécutifs régionaux, où il mène des politiques anti-sociales. Or Die Linke est de fait impliqué dans la « gestion » de trois Länder, à l’Est. C'est ce qui a donné à l’AfD la possibilité de se présenter comme un parti « anti-système », ce qu'il n'est évidemment pas.

La responsabilité de la montée de l’extrême droite est donc à rechercher en premier lieu dans la Grande Coalition (Droite + SPD), mais sans minorer la responsabilité propre de Die Linke. Dans les régions de l’ex-RDA frappées par un fort taux de chômage, l’AfD a réussi à s’établir comme parti de masse, électoralement.

Si la direction de Die Linke s’était positionnée clairement en opposition au système économique et politique, plutôt que de s'allier au SPD et aux Verts dans des exécutifs régionaux, elle aurait pu envoyer un signal clair et créer ainsi un meilleur rapport de forces au profit de la classe ouvrière. Elle doit présenter de véritables alternatives radicales au capitalisme en crise.

Le SPD

Dans tous les pays d’Europe, les partis sociaux-démocrates luttent pour leur survie. Le SPD vient de réaliser son pire score depuis 1945. La social-démocratie est déchirée entre son ancienne base ouvrière et son soutien sans faille au capitalisme allemand. Cette contradiction, mariage de « la carpe et du lapin », brise lentement la nuque de tous les partis sociaux-démocrates en Europe. Cette tendance s’est fait jour d’abord en Grèce, puis en Espagne, en France, en Belgique – et va se poursuivre dans d’autres pays.

Il y a peu, on pouvait penser qu'une nouvelle Grande Coalition serait au pouvoir en Allemagne. Au soir des résultats, on a assisté à un virage de 180° de la part de la direction du SPD. Quelques dirigeants plaident maintenant pour une réorientation programmatique, un changement de personnes et une attitude plus oppositionnelle. Ce n’est pas la conséquence d’une soudaine prise de conscience de gauche, mais plutôt l’expression d’une bureaucratie luttant pour sa survie.

Lutte des classes

La marge de manœuvre du réformisme, en Allemagne, continue de se rétrécir, car la crise économique mondiale touche maintenant le cœur du capitalisme européen. L’affaiblissement de Die Linke à l’Est, comme la chute du SPD dans toute l’Allemagne, ont profité à l’extrême droite. Pourquoi les travailleurs et les jeunes devraient-ils encore apporter leurs voix à des partis « de gauche » qui leur proposent des politiques d'austérité plutôt que des avancées sociales ? Voilà le cœur du problème.

Pour autant, la montée de l’AfD n'est pas l'élément central de ces résultats électoraux. Ce qui est plus remarquable et significatif, c'est la défaite massive des « partis de gouvernement » et l’ébranlement de la stabilité gouvernementale allemande. La poussée de l’AfD ne constitue qu’un symptôme de cette réalité pathologique.

Die Linke doit enfin prendre une orientation radicale. Il doit s'armer d’un véritable programme socialiste. En particulier, il doit répondre aux attentes de la jeunesse radicale, qui serait prête à s'engager avec enthousiasme dans un parti de gauche massif et vraiment radical. Une telle approche permettrait également à Die Linke de gagner de nombreux anciens électeurs du SPD.

Les quatre prochaines années seront caractérisées par une offensive renforcée contre la classe ouvrière en Allemagne et dans toute l'Europe. Il faut expliquer très clairement cette vérité. L’Allemagne ne tardera pas à connaître une radicalisation sur la gauche et une accélération de la lutte des classes. Les mêmes processus qui se sont développés en France (France insoumise), en Espagne (Podemos) et en Grande-Bretagne (Corbyn) se développeront aussi en Allemagne. La responsabilité d'accélérer et d'incarner ce processus revient à la direction de Die Linke.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !