En France comme partout en Europe, l’heure est à l’austérité. Face à l’endettement des Etats, les gouvernements s’en prennent aux retraites, à l’éducation, à la santé publique et à la sécurité sociale. Mais les ressources ne manquent pas pour renflouer les banques comme Dexia, dont l’avarice et les dérives spéculatives sont bien connues. Alors que des fortunes immenses s’accumulent dans les milieux capitalistes, la pauvreté s’aggrave et se généralise. En France, le nombre de pauvres dépasse les 8 millions.

Les travailleurs grecs voient leur niveau de vie s’effondrer. L’Italie et l’Espagne sont au bord du gouffre. Le chômage augmente partout. A l’échelle européenne, le capitalisme n’ouvre pas d’autres perspectives que la régression sociale permanente. Pourquoi devrions-nous subir les conséquences d’une crise provoquée par les spéculateurs de la Bourse et des marchés financiers ? La dette publique n’est pas notre dette !

Les problèmes sont trop graves pour être résolus par un simple changement de gouvernement ou des mesures superficielles. Un changement fondamental est nécessaire.

Comment résister à l’austérité ? Quelle est l’alternative au système capitaliste ?


Alès : jeudi 1er décembre - 18h30
Prolé d’Alès - 30 rue Beauteville
Avec Jérôme Métellus (PCF Paris)
La réunion sera suivie d’un banquet fraternel


Paris : mercredi 7 décembre - 19h30
Centre culturel - 16 rue d’Enghien - Paris 10e - Métro : Strasbourg Saint-Denis
Avec GO (PCF Paris)

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.