Agenda 2011

En France comme partout en Europe, l’heure est à l’austérité. Face à l’endettement des Etats, les gouvernements s’en prennent aux retraites, à l’éducation, à la santé publique et à la sécurité sociale. Mais les ressources ne manquent pas pour renflouer les banques comme Dexia, dont l’avarice et les dérives spéculatives sont bien connues. Alors que des fortunes immenses s’accumulent dans les milieux capitalistes, la pauvreté s’aggrave et se généralise. En France, le nombre de pauvres dépasse les 8 millions.

Les travailleurs grecs voient leur niveau de vie s’effondrer. L’Italie et l’Espagne sont au bord du gouffre. Le chômage augmente partout. A l’échelle européenne, le capitalisme n’ouvre pas d’autres perspectives que la régression sociale permanente. Pourquoi devrions-nous subir les conséquences d’une crise provoquée par les spéculateurs de la Bourse et des marchés financiers ? La dette publique n’est pas notre dette !

Les problèmes sont trop graves pour être résolus par un simple changement de gouvernement ou des mesures superficielles. Un changement fondamental est nécessaire.

Comment résister à l’austérité ? Quelle est l’alternative au système capitaliste ?


Alès : jeudi 1er décembre - 18h30
Prolé d’Alès - 30 rue Beauteville
Avec Jérôme Métellus (PCF Paris)
La réunion sera suivie d’un banquet fraternel


Paris : mercredi 7 décembre - 19h30
Centre culturel - 16 rue d’Enghien - Paris 10e - Métro : Strasbourg Saint-Denis
Avec GO (PCF Paris)

En France comme partout en Europe, l’heure est à l’austérité. Face à l’endettement des Etats, les gouvernements s’en prennent aux retraites, à l’éducation, à la santé publique et à la sécurité sociale. Mais les ressources ne manquent pas pour renflouer les banques comme Dexia, dont l’avarice et les dérives spéculatives sont bien connues. Alors que des fortunes immenses s’accumulent dans les milieux capitalistes, la pauvreté s’aggrave et se généralise. En France, le nombre de pauvres dépasse les 8 millions.

Les travailleurs grecs voient leur niveau de vie s’effondrer. L’Italie et l’Espagne sont au bord du gouffre. Le chômage augmente partout. A l’échelle européenne, le capitalisme n’ouvre d’autres perspectives que la régression sociale permanente. Pourquoi devrions-nous subir les conséquences d’une crise provoquée par les spéculateurs de la Bourse et des marchés financiers ? La dette publique n’est pas notre dette !

Les problèmes sont trop graves pour être résolus par un simple changement de gouvernement ou des mesures superficielles. Un changement fondamental est nécessaire. Le journal communiste La Riposte vous invite à un débat public pour faire le point sur la situation.
Comment résister à l’austérité ?
Quelle est l’alternative au système capitaliste ?
Venez nombreux pour exprimer votre colère et vos idées.

Mardi 25 octobre à 19h
Avec GO, PCF Paris
Librairie RÉSISTANCES
4 villa Compoint, Paris 17e (M° Guy Môquet)

Les militants de La Riposte à Toulouse organisent trois réunions publiques dans le cadre de la « semaine du marxisme », à l’Université de Toulouse le Mirail

Mardi 18, 12h30, Salle AR05 : La révolution russe de 1917

La révolution russe de 1917 fut l’un des plus grands événements de l’histoire de l’humanité. Elle a commencé par la grève des travailleuses de Pétrograd contre les privations et les souffrances imposées par la guerre impérialiste de 14-18. La grève est devenue générale et l’armée a rallié la cause du peuple. En cinq jours, la dynastie des Romanov était renversée. Huit mois plus tard, au terme de nombreux retournements, dont la répression menée par Kerensky et la tentative de coup d’Etat du général Kornilov, les organisations démocratiques créées par les ouvriers, les soldats et les paysans – les Soviets – ont finalement pris le pouvoir. Malgré la dégénérescence ultérieure de la révolution et l’horreur du stalinisme, l’expérience de la révolution mérite d’être étudiée par tous ceux qui aspirent à un monde meilleur.

Mercredi 19, 12h30, Salle AR05 : La Commune de Paris de 1871

Le 18 mars 1871, alors que Paris était assiégé depuis plusieurs mois par les armées de Bismarck, le gouvernement français a tenté de désarmer la Garde Nationale. Le peuple s’est soulevé contre cette trahison, et le gouvernement s’est enfui à Versailles. Ainsi, les travailleurs parisiens se sont trouvés maîtres de la capitale. Pendant dix semaines, les « communards » ont tenté, dans des circonstances extrêmement difficiles, de réorganiser la société sur des bases entièrement nouvelles. Pris de court par les événements, avançant à tâtons, sans précédents historiques, affamés et faisant face aux conséquences dramatiques de l’encerclement de la ville, ils se sont efforcés de débarrasser la société de l’exploitation et de l’oppression.

Mercredi 19, 18h30, Amphi 9 : Quelle alternative à l’Europe capitaliste ?

Deux ans après la crise de 2008-2009, les grandes puissances risquent de replonger dans la récession. En réponse à la crise qu’ils ne peuvent enrayer, Sarkozy et les dirigeants européens annoncent de nouvelles coupes dans les budgets sociaux et présentent l’addition à la masse de la population. En Grèce, les plans de rigueur successifs ont entraîné le pays dans la plus grave récession depuis un demi-siècle. Retour ligne automatique
Mais la question se pose : qui doit diriger la société ? Les milliardaires qui pillent l’économie et la précipitent dans le chaos – ou les salariés, qui produisent toutes les richesses du pays ? Il faut arracher les principaux leviers de l’économie – banques, grande industrie, grande distribution – des mains des capitalistes, pour les placer sous le contrôle des salariés et de la population en général.Retour ligne automatique
Avec Jérôme Métellus (PCF Paris)

Arche de l’Université de Toulouse le Mirail

Depuis plus de deux mois, une coalition impérialiste bombarde la Libye. Selon l’ONU et l’OTAN, l’objectif officiel de ces frappes – qui touchent souvent des quartiers résidentiels – est de « protéger des civils ». Or, toutes les dictatures d’Afrique et du Moyen-Orient ont été armées et soutenues par les grandes puissances. Ces régimes servent à terroriser les travailleurs et faciliter leur exploitation. Mais tout d’un coup, comme avec Saddam Hussein, le Pentagone et ses alliés européens ont fait mine de découvrir que Kadhafi est un dictateur, alors que jusqu’à la veille de l’intervention, ils rivalisaient pour lui vendre des armes.

Le Conseil National de Transition (CNT) que la coalition veut installer au pouvoir est composé d’éléments réactionnaires qui n’ont rien à voir avec la révolution arabe. Il est dirigé par des transfuges du régime tels que l’ex-ministre de la Justice de Kadhafi, Mustafa Abdel Jalil, et l’ex-ministre de l’Intérieur, le général Abdul Fattah Younes. Quel est, au juste, le programme politique de ces « rebelles » encadrés par la CIA, les services secrets britanniques et autres « forces spéciales » des grandes puissances ? Le but de la coalition n’est ni la protection des civils, ni la démocratie, mais l’assujettissement et le pillage du pays à l’aide d’un « Hamid Karzaï » libyen.

En Côte d’Ivoire, toujours pour « protéger des civils », la France a engagé ses forces armées dans les combats pour installer Ouattara à la place de Gbagbo. Ouattara est un ancien premier ministre sous la dictature d’Houphouët. Il a également été directeur-adjoint du Fonds Monétaire International. L’implication de la France dans ce coup de force est directement liée aux intérêts des grands groupes français – dont Bolloré – en Côte d’Ivoire.

Mercredi 1er juin à 19 h
Librairie Résistances
4 Villa Compoing - Métro Guy Môquet
Avec GO (PCF Paris 10e)

La fédération du PCF de Haute-Garonne organise la fête de l’Humanité qui fêtera cette année son retour à Toulouse.

Elle aura lieu du vendredi 20 au dimanche 22 mai, à Toulouse, à la zone verte des Argoulets, Métro Argoulets. L’entrée est à 15 euros pour les 3 jours.

De nombreux concerts seront programmés, ainsi que de nombreux débats. Voir le programme de la fête à cette adresse : Fête de l’Huma 31

Le journal La Riposte, qui tiendra comme chaque année un stand sur la fête, organisera un débat, animé par Greg Oxley, le dimanche 22 mai, à 14h30, devant le stand de La Riposte  :

Les guerres en Libye et en Côte d’Ivoire et les objectifs des grandes puissances.

Depuis plusieurs semaines, la coalition bombarde la Libye. Selon l’ONU et l’OTAN, l’objectif officiel de ces frappes – qui touchent souvent des quartiers résidentiels – est de « protéger des civils ». Toutes les dictatures d’Afrique et du Moyen Orient ont été armées et soutenues par les grandes puissances. Ces régimes servent à terroriser les travailleurs et faciliter leur exploitation. Mais tout d’un coup, comme avec Saddam Hussein, les européens ont fait mine de découvrir que Kadhafi est un dictateur, alors que, jusqu’à la veille de l’intervention, ils rivalisaient pour lui vendre des armes.

Le Conseil National de Transition (CNT), que la coalition veut installer au pouvoir, est composé d’éléments réactionnaires qui n’ont rien à voir avec la révolution arabe. Il est dirigé par des transfuges du régime, comme l’ancien ministre de la Justice de Kadhafi, Mustafa Abdel Jalil, et l’ex-ministre de l’Intérieur, le général Abdul Fattah Younes. Quel est, au juste, le programme politique de ces « rebelles » encadrés par la CIA, le MI6 et autres « forces spéciales » des grandes puissances ? Le but de la coalition n’est pas la protection des civils, ni la démocratie, mais l’assujettissement et le pillage du pays, à l’aide d’un « Hamid Karzaï » libyen.

En Côte d’Ivoire, toujours pour « protéger des civils », la France a engagé ses forces armées dans les combats pour installer Ouattara à la place de Gbagbo. Ouattara est un ancien premier ministre sous la dictature d’Houphouët-boigny. Il a également été directeur-adjoint du Fonds Monétaire International. L’implication de la France dans ce coup de force serait-elle sans rapport avec les intérêts des grands groupes français – dont notamment le groupe Bolloré – en Côte d’Ivoire ?