L’Union des Etudiants Communistes a lancé une grande campagne pour exiger « la nationalisation du logement étudiant ». La Riposte se félicite de cette excellente initiative et appelle tous les étudiants à y participer activement. La pénurie de logements étudiants publics est un véritable scandale, mais aussi une belle source de profits pour les capitalistes de l’immobilier. En région parisienne, par exemple, le loyer moyen dans le privé est de 750 euros ! Dans tout le pays, le logement représente près de 50 % des dépenses étudiantes. 93 % des étudiants sont obligés de se loger dans le secteur privé. Les CROUS – Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires, qui gèrent notamment les Cités-U – ont des moyens dérisoires au regard des besoins. Cette situation engendre d’énormes inégalités entre étudiants.

La campagne de l’UEC s’appuie sur l’affiche ci-contre et sur une pétition dont voici le texte :

«  Le logement est le premier des besoins fondamentaux, c’est la première pierre de l’accès à l’autonomie. Or aujourd’hui, l’écrasante majorité des étudiants n’a d’autre choix que de se tourner vers un marché privé trop souvent synonyme de mauvaise qualité et de loyers de plus en plus élevés. La spéculation est la norme (+ 60 % d’augmentation des loyers pour les étudiants, en 10 ans  !), de même que la dictature des agences-parasites. A côté, les logements sociaux du CROUS sont soit laissés à l’abandon, soit dans une dynamique d’alignement sur le privé.

Nous refusons cet état de fait. Pour nous, tout étudiant doit avoir accès à un logement de qualité adapté à ses besoins. Pour nous, rendre ce droit réel passe par la Nationalisation du Logement Etudiant, c’est-à-dire le passage de la jungle du marché à l’organisation démocratique de la propriété collective, dans un Service Public des CROUS modernisé.
Concrètement, cette mesure se décline sur 5 axes :
- Nationalisation des résidences étudiantes privées.
- Nationalisation des appartements spéculatifs « réservés aux étudiants ».
- Fin des Partenariats Public-Privé et transfert intégral de propriété des cités-u au CROUS.
- Rénovation du parc CROUS et plan de construction massif et diversifié.
- Contrôle démocratique des loyers par des Conseils d’Administration à parité entre étudiants et salariés du CROUS
 ».

Toutes ces mesures devraient figurer dans le Programme populaire et partagé du Front de gauche. Nous en ajouterions deux qui vont dans le même sens : 
1) la nationalisation des grandes entreprises du BTP (Bouygues, Vinci, etc.) en vue de lancer un plan massif de constructions de logements sociaux ; 
2) la réquisition des logements vides appartenant aux grands groupes du secteur immobilier, de façon à répondre à l’urgence, non seulement pour les étudiants, mais pour tous les mal-logés.

La pétition de l’UEC peut être signée en ligne sur le site national de l’UEC :
www.etudiants-communistes.org

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.