Notre tract du 31 mai 2010

L’attaque israélienne contre la flottille acheminant de l’aide humanitaire à Gaza est une abomination. Elle s’inscrit dans la longue histoire d’oppression et de violences que l’Etat israélien inflige aux Palestiniens. Elle doit être condamnée par les travailleurs de tous les pays.

Cette nouvelle atrocité vise à maintenir le blocus économique qui condamne la population de Gaza à la misère. Elle souligne le caractère hypocrite et dérisoire du soi-disant « processus de paix ». Les impérialistes versent des larmes de crocodile. Mais ni l’ONU, ni le gouvernement américain, ni celui de la France, ni aucune autre grande puissance n’a fait quoi que ce soit pour briser le blocus de Gaza et l’emprise israélienne sur les territoires occupés ou prétendument « autonomes ». Les Palestiniens sont entassés et affamés dans des fragments de territoires tenus sous haute surveillance militaire.

A Gaza, les trois quarts des maisons détruites lors de l’agression militaire de décembre 2008 n’ont pas été reconstruites. L’armée israélienne bloque l’approvisionnement en ciment. Elle filtre la nourriture et les médicaments. 60 % des foyers manquent de nourriture. Plus de 40 % de la population est au chômage. Gaza est une prison en plein air.

Malgré les discours officiels de « solidarité » avec les Palestiniens, les régimes des pays voisins – Iran, Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite, etc. – sont eux aussi complices de cette situation, comme le montre l’attitude de Moubarak sur la question de la frontière entre l’Egypte et Gaza. La question palestinienne n’est pas raciale ou religieuse : c’est une conséquence des intérêts des classes dirigeantes de la région – et du monde entier.

L’agression du 31 mai dernier a provoqué une vague de rassemblements et de manifestations, dans de nombreux pays. En Israël même, 3000 personnes sont immédiatement descendues dans la rue pour condamner le massacre. Contrairement à un préjugé trop souvent véhiculé, la population israélienne ne forme pas un seul bloc réactionnaire. En Israël comme ailleurs, il y a des riches et des pauvres. Et la masse des travailleurs israéliens – juifs et arabes – subit la crise économique de plein fouet. Aux dernières élections municipales, à Tel-Aviv, le Parti Communiste Israélien a recueilli 35 % des voix ! Les contradictions de classe s’accentuent, dans le pays. De fait, la lutte pour l’émancipation des Palestiniens est indissociable de la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme, dans la région comme à l’échelle internationale.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !