Il faut organiser une résistance massive contre la junte –Troïka, oligarchie et gouvernement capitulard – pour empêcher l'approbation de l'accord par le parlement ! - Déclaration de la Tendance Communiste de Syriza.


Que doivent faire les membres de SYRIZA et de sa Plate-forme de Gauche ?

Le nouveau mémorandum, signé ce matin par le Premier ministre au sommet de l'UE – incluant des mesures d’austérité massives, de nouvelles taxes sur le peuple, des privatisations et la réduction des retraites et des salaires – n'est rien d'autre qu'une capitulation et une soumission aux exigences de la troïka. C'est aussi une punition infligée à la classe populaire grecque pour son vote courageux en faveur du « non » (lors du référendum du 5 juillet).

Le gouvernement et la direction de Syriza ont capitulé. La classe ouvrière et la jeunesse ne suivront pas leur exemple. Pour le moment, la question la plus cruciale est celle de la construction d'un grand mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière, pour empêcher l'adoption du nouveau mémorandum et renverser la junte parlementaire dite « d'unité nationale ».

Que faire dans l’immédiat :

  • Une grève générale illimitée et des rassemblements de masse quotidiens pour demander le rejet de l'accord.
  • L'organisation de rassemblements pour élire des comités de lutte dans chaque entreprise et chaque quartier.

La Tendance communiste de Syriza appelle tous les membres de Syriza à réagir avec détermination dans les prochaines heures. La colère de la base doit être transformée en action politique. Il ne faut pas la laisser se dissiper, ni que des militants quittent le mouvement la tête basse. Nous ne devons pas laisser la clique dirigeante de menteurs parachever leur trahison sans obstacles. Ils n'ont pas seulement trahis, mais aussi détruit tous les principes fondateurs de la politique, du programme et de l'idéologie de Syriza – et en assumeront toute la honte. Mener une bataille décisive contre les menteurs qui dirigent le parti est une question d'honneur politique, mais c’est avant tout un moyen de préserver la volonté des meilleurs militants de gauche.

La Tendance Communiste appelle tous les membres de Syriza à exiger des réunions d'urgence de leurs sections locales pour adopter la résolution suivante :

« Le nouveau mémorandum et le projet de loi qui l’accompagne doivent être rejetés par tous les députés de Syriza.

« Les députés de Syriza qui voteront en faveur de l'accord et les membres du gouvernement qui accepteront de l'appliquer se placeront automatiquement en dehors du parti. Ils ne seront plus les bienvenus dans aucune des structures du parti et ne bénéficieront plus de la qualité d'adhérent.

« Il faut un congrès extraordinaire de Syriza qui dénoncera politiquement le gouvernement et adoptera un nouveau programme, une nouvelle politique et élira une nouvelle direction.

« Nous demandons la réunion immédiate du Comité Central pour discuter de cette résolution et l'adopter. Nous exhortons la Plate-forme de Gauche à nous soutenir et demandons à ses membres de voter contre l'accord et à ses ministres de démissionner du gouvernement d'unité nationale. »

Si cette indispensable et dernière bataille contre ces chefs capitulards décrits plus haut devait être perdue, l'aile gauche de Syriza devrait procéder à la création d'un nouveau parti basé sur les principes politiques et programmatiques d’un authentique socialisme scientifique et la dénonciation résolue du réformisme et de la social-démocratie, qui a encore prouvé qu'elle ne menait qu'à des défaites et des trahisons.

La conduite et le succès de cette lutte dépendent entièrement de l'attitude et du choix de la plus grande tendance du parti, la Plate-forme de Gauche. Si celle-ci n'adopte pas immédiatement les mesures décrites plus haut, des milliers de combattants démoralisés quitteront le parti et priveront ainsi de sens la présence des militants communistes et de gauche au sein de Syriza.

La Tendance Communiste, même si elle est petite et récente, est, et a toujours été, la seule opposition sérieuse à la direction du parti. Ce fut la seule tendance à soutenir un programme politique alternatif lors du congrès de fondation et dans toutes les autres structures du parti, s’opposant ainsi aux idées sociale-démocrates de la direction.

Ce fut la seule tendance dont les représentants au Comité Central du parti ont voté contre toutes les propositions politiques de la direction. Ce n'était pas à cause d'un quelconque « fétichisme idéologique », mais parce que, dans ces propositions, les trahisons futures étaient en germe. C'est la raison pour laquelle ce fut la seule tendance à être privée de bulletin de vote et à ne pas être représentée parmi les députés du parti. Cette position cohérente de la Tendance Communiste, sans rapport avec celles de la majorité de suiveurs et de « l'opposition » qui se contente de s'abstenir ou d'amender, nous permet de lancer aujourd'hui un appel au regroupement et à l'organisation des meilleurs militants du parti. 

Camarades, adhérents, sympathisants et électeurs de Syriza avec lesquels nous avons combattu coude à coude, dans les grèves et les manifestations, dans les quartiers, les usines et les universités, contre les mémorandums, défendant les droits de la classe ouvrière et des pauvres – gardez-vous du poison de la déception et du cynisme !

Le Syriza de la direction, le Syriza du carriérisme et de la social-démocratie est en effet fini. Notre Syriza, lui, le Syriza de la base et de la lutte de classe, est bien vivant. Nous vous appelons aujourd'hui à renforcer cette Tendance. Organisez-vous avec la Tendance Communiste, luttez pour la seule vraie solution politique favorable aux travailleurs, pour la rupture avec le capitalisme et pour le socialisme. La meilleure réplique à ces dirigeants réformistes qui nous mentent, c’est de passer à l’action et préparer la revanche qui amènera la victoire du socialisme authentique.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !