L’un de nos camarades est parti étudier à Cuba, il y a de cela quelques mois. Nous lui avons demandé de nous écrire des petites « chroniques » sur la vie quotidienne à Cuba, sur les événements qui l’ont marqué, sur les sentiments et réflexions du peuple, etc. Voici la première de ces chroniques – qui, nous l’espérons, ne sera pas la dernière !

Un événement a eu un certain impact, ici, à Cuba, et a été vécu comme une véritable trahison, notamment par les médias cubains. A la mi-décembre 2007, Carlos Otero (photo), présentateur vedette de plusieurs émissions très populaires de la télévision cubaine, a profité d’un contrat de travail de huit mois, au Canada, pour solliciter l’asile politique aux Etats-Unis. Bien entendu, il y a été accueilli comme un héros ! Et ce en vertu de la loi dite « d’ajustement cubain », votée en 1966. Qu’est-ce au juste que cette loi ? Depuis la victoire de la révolution cubaine, en 1959, les Etats-Unis ont utilisé diverses stratégies pour la saborder. Parmi ces stratégies, il y a la manipulation de la question migratoire, notamment en stimulant l’émigration illégale cubaine à destination des Etats-Unis. La loi « d’ajustement » constitue un véritable pilier de cette stratégie. Au cours du temps, elle a subi quelques modifications, mais globalement, son essence est restée la même : elle stipule que tout citoyen cubain qui parvient à pénétrer sur le territoire des Etats-Unis a le droit de bénéficier de l’asile politique (même si cette personne n’est pas victime d’une quelconque persécution à Cuba).

La « fuite » de Carlos Otero a donc été du pain béni pour la presse américaine ! C’était une occasion supplémentaire de vilipender la « tyrannie castriste » qui sévit à Cuba, etc... En un mot, c’était une nouvelle occasion, pour les médias capitalistes, d’employer leur habituelle rhétorique hystérique à l’encontre de Cuba.

Carlos Otero était très aimé des Cubains. Il était vraiment très populaire. Il animait depuis de nombreuses années l’émission télé la plus suivie à Cuba : « Carlos y punto » (qu’on pourrait désormais appeler :  « Carlos, punto final » !). Comme je l’ai dit, les Cubains ont vécu ce départ comme une trahison. Beaucoup de gens ont été très choqués, et pour cause : Carlos Otero était l’un des présentateurs les mieux payés de la télévision cubaine. Son salaire était approximativement de 300 pesos convertibles par mois (un peu plus de 300 dollars), ce qui est très élevé à Cuba : le salaire moyen des Cubains oscille entre 10 et 15 pesos convertibles... Carlos Otero disposait d’avantages considérables et de biens matériels inaccessibles à la majorité de la population. Dans ces conditions, comment interpréter son départ ? Comment ne pas en déduire qu’il s’agissait d’un opportuniste ?

Force est de constater que, très souvent, à Cuba, ce sont ceux qui bénéficient le plus du système qui crachent dans la soupe. Il y a eu de nombreux cas comme celui-ci, par le passé. J’ai entendu beaucoup de « petites gens », de gens du peuple cubain affirmer un soutien indéfectible à la révolution, bien qu’ils critiquent les carences du système et les avatars de la bureaucratie. Nombre de ces gens me disent que malgré les difficiles conditions dans lesquelles ils vivent, ils n’envisagent pas du tout de quitter leur pays. Et pendant ce temps, le présentateur télé le plus « friqué » s’en va trouver refuge aux Etats-Unis ! Je crois que ça peut donner matière à réflexion...

Je dois dire qu’en ce qui me concerne, j’ai également été très choqué par le départ de Carlos Otero, et ce d’autant plus que ce dernier, une fois aux Etas-Unis, a fait des déclarations vraiment infâmes contre le gouvernement cubain, alors qu’il doit tout à ce dernier ! Il a abandonné son peuple alors qu’il lui doit la popularité dont il a joui pendant des années ! Certains ont une conception bien particulière de la reconnaissance.… Voilà donc mon analyse en ce qui concerne cet événement qui a eu l’effet d’une bombe ici.

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !