A Marseille, 62% des habitants relèvent du logement social, au regard de leurs revenus. 17% du parc logement est classé « inconfortable » – sans douche ou sans toilettes – par l’Insee . Pourtant, le maire de la ville, le sarkozyste Jean-Claude Gaudin, continue de faire des cadeaux aux grands groupes capitalistes et d’offrir des logements à ceux qui n’en ont pas besoin.

Récemment, le conseil municipal de Marseille a voté la vente d’un monument classé, l’Hôtel-Dieu, pour en faire un hôtel quatre étoiles. La ville a acheté l’Hôtel-Dieu 9,9 millions d’euros, puis l’a revendu 7,5 millions au groupement « Intercontinental-Axa ».

Le groupe Axa est le premier assureur privé européen. Ses bénéfices pour 2006 ont augmenté de 18%. Henri de Castries, le président du groupe, peut se frotter les mains sur le dos des contribuables et déclarer : « nous abordons 2007 mieux implantés localement et plus diversifiés... ». La direction d’Intercontinental, quant à elle, déclare : « L’année 2006 a été fructueuse pour le groupe, dans tous les domaines ». On s’en doute !

Dans cette ville où, malgré 33 000 logements vides, 22 000 demandes de logements sociaux sont en attente, pas question pour Gaudin de fournir des logements aux habitants. Le président délégué de l’UMP et sa majorité ont d’ailleurs cédé 2543 logements municipaux à la société d’économie mixte Sogima, au risque de faire encore grimper les loyers et, ainsi, de précariser davantage des milliers de familles.

N’ayons cependant pas la dent trop dure avec Mr Gaudin : le projet « quatre étoiles » est accompagné d’un programme de 75 logements, dont certains seront « sociaux ». Le gardien, les « bonnes » et les vigiles seront sans doute logés sur place !

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.