Hier soir, lors du meeting Delanoë, au Zénith de Paris, les militants de La Riposte ont diffusé un tract intitulé « Battre la droite ! Non aux alliances avec le MoDem ! ». Ci-dessous, nous publions le texte du tract. Par ailleurs, une journaliste du Monde.fr nous a interviewé. Une partie de l’interview a été publiée, en fichier audio, sur le site du Monde (page indispnible)

On peut également écouter, sur le même site,  les propos d’un camarade du PCF de la ville de Paris, Luc, qui résume bien, à notre avis, le sentiment de très nombreux militants communistes concernant le MoDem. A noter également la position d’Amine Bouabbas, secrétaire national du MJS, qui se prononce contre une alliance du PS avec le MoDem.

Le texte de notre tract :

Battre la droite ! Non aux alliances avec le MoDem !

Les élections municipales et cantonales sont l’occasion d’infliger une défaite au gouvernement Sarkozy, dont la politique s’attaque aux conditions de vie et de travail de la vaste majorité de la population. Il faut chasser la droite du plus grand nombre de villes et de cantons possibles.

Cependant, il n’est pas possible de combattre la droite en s’alliant avec elle. La droite, c’est non seulement l’UMP, le Nouveau Centre et le FN, mais c’est aussi le MoDem. Les dirigeants de ce parti ont systématiquement soutenu la politique de régression sociale des gouvernements de Raffarin et de Villepin, entre 2002 et 2007. Le MoDem est l’ennemi implacable des travailleurs, des jeunes et des retraités – et l’ami fidèle de la classe possédante qui ruine l’économie du pays. Par conséquent, les alliances entre le PS et le MoDem sont une trahison scandaleuse qui doit être dénoncée et combattue par tous les militants de gauche.

Ces alliances illustrent la grave dérive droitière de la direction actuelle du PS, qui ne cesse de proclamer son attachement à « l’économie de marché » – c’est-à-dire au capitalisme. Faute d’un programme de lutte contre le capitalisme, le PS a perdu les présidentielles de 2007. Cependant, les dirigeants du PS ont tiré une toute autre conclusion de cette défaite : ils veulent « rénover » le programme du PS en le conformant encore plus à ce que peuvent accepter les capitalistes. Mais les capitalistes (et le MoDem) n’accepteront que la régression sociale permanente !

Le PCF, pour sa part, doit refuser catégoriquement de se laisser embarquer dans des alliances électorales avec la droite. La participation de communistes à des listes PS-MoDem ne peut que discréditer le PCF auprès de sa base sociale. La direction du PCF devrait exclure publiquement toute participation des communistes à des listes comprenant des personnalités de droite, au premier comme au deuxième tour des municipales. Face à la crise du capitalisme et aux attaques brutales du gouvernement Sarkozy, le PCF doit se présenter avec un programme réellement communiste et un drapeau sans tache.

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.