Dans un certain nombre de villes, la constitution de listes pour les municipales donne lieu à des accords entre le PS et le Modem de François Bayrou. La Riposte dénonce fermement ces alliances, qui ne font que souligner la complète dégénérescence politique de la direction actuelle du PS. Le Modem est un parti capitaliste, dont les dirigeants ont systématiquement soutenu la politique de régression sociale mise en œuvre par les gouvernements de Raffarin et de Villepin, entre 2002 et 2007. Il est l’ennemi implacable des travailleurs, des jeunes et des retraités – et l’ami fidèle de la classe possédante qui ruine l’économie du pays. La constitution des listes PS-Modem, au premier comme au deuxième tour, doit être combattue par tous les militants socialistes soucieux de lutter contre la droite et le capitalisme. Quant aux dirigeants « socialistes » qui se livrent à ces lamentables manœuvres électoralistes, ils devraient être exclus des instances dirigeantes du PS.

Le PCF, pour sa part, doit faire preuve de la plus grande clarté. Il doit dénoncer publiquement de tels accords, et rejeter toute participation des communistes à des listes comprenant un ou plusieurs candidats du Modem (ou toute autre personnalité de droite). L’argument selon lequel le PCF devrait participer à ces listes dans le but de conserver des élus n’est absolument pas recevable. Les objectifs électoraux ne peuvent pas tout justifier. La participation de communistes à des listes PS-Modem ne pourrait que discréditer le PCF auprès des millions de jeunes et de salariés qui brûlent de haine contre la droite. A l’inverse, en menant une campagne vigoureuse contre des alliances entre le PS et la droite, et en présentant une alternative claire au réformisme insipide des dirigeants actuels du PS, le PCF trouvera un écho parmi les couches les plus conscientes de la jeunesse et du salariat.

Entre les deux tours des élections, de nombreux dirigeants socialistes locaux seront tentés par des accords avec la droite. La direction du PCF doit anticiper cette situation et exclure immédiatement et publiquement toute participation des communistes à des listes comprenant des personnalités de droite, au premier comme au deuxième tour. Ce faisant, elle apportera une aide aux militants socialistes qui luttent contre les manœuvres électoralistes de leurs dirigeants – et, surtout, elle affirmera aux yeux de tous l’opposition implacable du PCF à la politique et aux partis de droite.

A bas le Modem et tous les faux-ennemis de l’UMP !
Non à toute alliance avec la droite !

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.