A l’approche des présidentielles de 2022, les 18-25 ans sont dans le viseur de la stratégie de communication de l’Élysée. YouTube, Tiktok, Twitch, la propagande du gouvernement se décline sur toutes les plateformes. Tout est bon pour créer une proximité éphémère avec la jeunesse et faire oublier la gestion désastreuse de la situation des étudiants durant la crise sanitaire.

En février dernier, Gabriel Attal lançait son émission mensuelle sur les plateformes YouTube et Twitch, particulièrement utilisées chez les jeunes. A l’occasion, il s’est entouré de cinq influenceurs pour répondre aux questions de leurs abonnés. Ces imposteurs censés représenter la jeunesse en sont pourtant bien loin. Riches et souvent déscolarisés depuis longtemps, ils ne connaissent rien à la politique et ont offert un boulevard au porte-parole du gouvernement pour réciter la propagande gouvernementale sans opposer le moindre esprit critique ni débat.

Plus récemment, dans une vidéo publiée sur le réseau social Tiktok, le président défiait deux célèbres Youtubeurs aux 6,5 millions d’abonnés – Mcfly et Carlito – de faire une vidéo sur les gestes barrières. S’ils relevaient le défi, le président participerait à leur « concours d’anecdotes ». En acceptant ce « défi », les deux vidéastes ont directement servi la communication de Macron, lui offrant une très large audience auprès de la jeunesse. La vidéo mettant en scène les deux trublions du net à l’Elysée en compagnie de Macron a totalisé plus de 10 millions de vue.

Au premier abord, ce petit jeu d’anecdotes personnelles peut paraitre totalement dénué de sens politique, c’est au contraire une véritable tribune pour le président. Promotion du « pass culture », offrant aux jeunes de 18 ans 300 euros pour l’achat de bien culturel, références discrètes à la pop culture et « punchlines » rigolotes dans le but d’augmenter sa popularité auprès des jeunes, discussions autour de thèmes populaires comme le foot ou les substances illicites, mais aussi anecdote sur des questions de politique internationale : Macron s’offre une nouvelle image d’homme fort, maitre de la situation, accessible et proche des jeunes et de leurs préoccupations. Le tout à moindres frais puisque cette vidéo ne rentre pas dans les comptes de campagne de la future présidentielle. Et ce n’est pas fini puisqu’une 3e série de vidéo en collaboration avec McFly et Carlito est prévue pour mi-juillet.

La position de McFly et Carlito provoque de vives critiques, notamment de la part de leurs propres abonnés, qui les accusent de jouer le jeu du gouvernement. Leur défense : il n’y a rien de politique dans leur démarche, chacun est « libre de voter pour qui il veut ». Que McFly et Carlito pensent naïvement que leur action n’est pas politique ou que les deux compères soient des hypocrites importe peu : en acceptant de mettre leur popularité au service de la communication de Macron, ils servent la politique de ce dernier et lui permettent de redorer son image.

Malgré les efforts déployés par l’équipe de communication de Macron pour augmenter sa popularité auprès des jeunes, beaucoup ne sont pas dupes et ne s’identifient pas aux influenceurs. Il en faudra plus pour faire oublier la gestion catastrophique de la pandémie, la pénurie de masques, la destruction de l’hôpital public, l’abandon total des étudiants à leur sort avec son lot de souffrance psychologique et d’extrême précarité.

En 2017, la France Insoumise avait recueilli 30 % des voix chez les 18-25 ans. Depuis, la situation s’est encore dégradée pour des millions de jeunes qui sont aujourd’hui à la recherche d’une alternative politique radicale. Pour mobiliser cette jeunesse contre Macron et son monde, il sera nécessaire de proposer un programme de rupture avec le capitalisme, seul moyen d’en finir avec la précarité et la destruction de l’environnement et d’offrir un avenir digne à des millions de jeunes.

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.