En août dernier, le gouvernement annonçait la baisse du nombre de contrats aidés – de 460 000 en 2016 à 310 000 en 2017. La tendance s’accentuera encore en 2018 : seuls 200 000 contrats aidés seront financés, et uniquement dans certains secteurs « prioritaires ». Cette baisse drastique s’inscrit dans le plan d’austérité général du gouvernement. Tout comme la baisse des APL, cette mesure est emblématique de la politique de Macron : aider les riches et brutaliser les précaires.

Une aide aux employeurs plus qu’à l’insertion

Il existe une dizaine de types de « contrats aidés » : emploi d’avenir, CCDI, CUI-CAE, CUI-CIE, contrat d’apprentissage, etc. La plupart ont pour vocation de favoriser l’embauche de bénéficiaires de minimas sociaux, de jeunes en insertion ou encore de chômeurs longue durée. Ils concernent principalement les secteurs publics et associatifs, même si certains contrats s’adressent aussi au secteur privé.

Le contrat est « aidé » par l’Etat car ce dernier indemnise l’employeur (ce qui revient à payer une partie du salaire) et/ou l’exonère de cotisations patronales. Par exemple, pour un contrat d’avenir au SMIC bénéficiant d’une aide de 35 % (environ 500 euros), l’employeur n’a plus que 65 % du salaire à payer. Cela profite particulièrement aux collectivités locales ou aux associations, pour lesquelles l’aide est encore plus importante. Pour certains contrats aidés (CUI-CAE), le montant moyen des aides s’élève à 70 % du SMIC.

Problème : ces aides ne sont pas pérennes. Les contrats sont à durée déterminée et très souvent sans qualifications ni débouchés. Une récente étude du DARES (ministère du Travail) conclut que les contrats aidés non marchands n’ont aucun impact sur l’insertion professionnelle. A la fin du contrat, les employeurs n’ont pas plus qu’avant les moyens – ou l’intérêt – d’engager un salarié au SMIC. La plupart du temps, ils recrutent donc un nouveau contrat aidé, tandis que le précédent retourne à la case chômage, sans prime de précarité !

A défaut de pouvoir investir sur le long terme, les associations et collectivités locales ont largement profité de ces dispositifs pour embaucher des travailleurs en réinsertion sur des postes peu qualifiés mais essentiels, palliant ainsi au manque chronique de personnels dans la santé et l’éducation publiques – ou encore dans « l’économie sociale et solidaire ». En pratique, tout un système économique s’appuie aujourd’hui sur ce détournement d’un outil d’insertion. Par le passé, le PS au pouvoir a eu souvent recours à ce type de dispositifs, comme les « emplois-jeunes » de Martine Aubry (1997) et les Travaux d’Utilité Collective de Laurent Fabius (1984). Cela permettait d’absorber une partie du chômage des jeunes, faute d’embauches dans le secteur privé, tout en développant la précarité et en banalisant les dérogations au droit du travail.

La réalité est qu’aujourd’hui les stages, les services civiques et les emplois aidés servent surtout à fournir des salariés à bas prix à des entreprises, associations et collectivités territoriales. Les missions affectées aux contrats aidés relèvent pourtant souvent de l’intérêt général : animateurs socio-culturel, coordinateurs d’association, formateurs, auxiliaires de vie scolaire, etc.

Trop cher !

Nous sommes donc loin d’idéaliser les contrats aidés. Mais leur pure et simple suppression ne réglera pas le problème du chômage des jeunes ou de longue durée. Au contraire, elle aggravera ce problème, tout en fragilisant les missions publiques et le tissu associatif qui dépendent de ces contrats. C’est la double peine. Et qu’est-ce que le gouvernement propose, en lieu et place des contrats aidés ? Rien ! Enfin, si : « créer des emplois pérennes dans le secteur privé ». Comment ? En « relançant la croissance économique ». Perspective bien vague et incertaine, au beau milieu de la plus grave crise du capitalisme depuis les années 30 ! Et en attendant, des centaines de milliers de précaires vont perdre leur travail – sans en trouver un dans le secteur privé, qui embauche peu (et encore moins des jeunes et des chômeurs de longue durée).

En réalité, pour le gouvernement et la classe dirigeante, les contrats aidés coûtent trop cher. On a affaire à une mesure d’austérité brutale, qui fait partie du transfert massif de richesses des poches des plus pauvres vers les coffres des plus riches.

Les missions d’intérêt général accomplies par des travailleurs en contrats aidés devraient en fait être remplies par l’Etat, dans le cadre d’emplois pérennes. Cela coûterait « trop cher » ? Non. Pérenniser les 300 000 contrats aidés en les titularisant, comme fonctionnaires, coûterait neuf milliards d’euros par an, alors que le CICE a coûté 23 milliards entre 2014 et 2015 – sans véritables résultats en termes d’embauche !

Non à la suppression des emplois aidés !
Pour leur pérennisation dans le cadre d’un plan massif de création d’emplois dans le public !

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !