Interview de Pauline, assistante maternelle dans le Gers.


Quelles sont vos conditions de travail habituelles ? (Horaire, nombre d’enfants, salaire).

Je travaille actuellement à peu près 11 heures par jour. Je fais 7h45 – 19h30 toute la semaine. J’ai 4 enfants en tout : une de 6 ans en périscolaire, une de 3 ans, une de 2 ans et demi et un plus petit de 9 mois. C’est le nombre maximum d’enfants que je peux avoir.

Mais les horaires et le nombre d’enfants varient selon les contrats. Quand j’ai commencé, j’avais 6 contrats en tout. Quand un enfant partait à 12h30, j’allais chercher les autres. Je faisais des journées de 7h30 – 20h30.

Pour le salaire, je suis payée 3,15 euros de l’heure et par enfant, mais toutes les nounous ne sont payées pareil, c’est selon les régions et nous pouvons fixer notre prix dans une certaine mesure. Pour les frais supplémentaires, comme l’essence, l’électricité, les jouets, les activités, on a une aide de seulement 3,15 euros par jour. On peut faire monter à 4 euros par jour depuis qu’on paye une taxe pour les poubelles, comme les couches pèsent lourd. Mais même à 4 euros, ça reste bas. Les jeux et le matériel pour les enfants coûtent très cher.

Qu’est-ce qui a changé depuis la crise sanitaire ? Avez-vous rencontré des difficultés supplémentaires ?

Je garde encore tous les enfants parce que les parents sont soit infirmières soit agriculteurs. En tant qu’aide maternelle, je suis obligée de travailler quand les deux parents ne peuvent pas rester à la maison. Comme l’école est fermée, je garde la petite de 6 ans toute la journée en plus. Après je fais toujours les mêmes horaires.

Depuis la crise, la grande difficulté c’est que je n’ai plus accès au Relais des Assistantes Maternelles (RAM). C’est un endroit qui permet de faire rencontrer autant les assistantes maternelles que les enfants, afin d’éviter l’isolement. Il y a également une éducatrice qui nous aide à gérer les difficultés avec les enfants difficiles ou avec les parents avec lesquels on a du mal à s’entendre. Maintenant, si on a une question, on peut seulement envoyer un mail au pôle national des assistantes maternelles – qui tarde à répondre. En cas d’urgence, c’est problématique. En plus, la Protection Maternelle et Infantile, qui est le centre départemental d’aide à la mère et l’enfant, est fermée depuis que la pédiatre a été testée positive au coronavirus. Autrement dit, je me retrouve complètement isolée et sans aide.

Je n’ai également plus accès à l’association qui organisait des activités extérieures et nous permettait de garder contact entre nous. Je comprends la nécessité du confinement, mais c’est difficile de rester seule à l’intérieur avec quatre enfants. Ils ont besoin de se dépenser, sinon ils s’énervent rapidement. Du coup, je dois organiser mes propres activités et les divertir pour éviter qu’ils s’ennuient tout au long de la journée, enfermés à l’intérieur.

Avez-vous eu des consignes de sécurité face à l’épidémie ?

On a reçu un mail pour nous dire qu’on pouvait garder jusqu’à 6 enfants au lieu de 4, et pour nous inciter à le faire. Comme les crèches ferment ou qu’elles n’ont pas le droit de garder plus de dix enfants, ils essaient de faire retomber tout le travail sur les assistantes maternelles. Moi je ne me suis pas proposée, quatre enfants à la maison c’est déjà très fatigant. De plus, ça rajoute un risque de contamination.

Pour notre sécurité, on a juste reçu un papier, dans lequel on nous demande de rester le plus possible éloigné des enfants et d’éviter les contacts. C’est totalement absurde, avec des journées de 11 heures on est obligé d’avoir des contacts avec eux. Que ce soit pour leur tenir la main, pour jouer avec eux ou même pour leur toilette quotidienne. Les autres consignes ne sont pas vraiment différentes de celles qu’on a en temps normal : nous laver régulièrement les mains et nettoyer les pièces correctement.

Craignez-vous pour votre santé et celle de votre famille ?

Les mères des enfants que je garde travaillent à l’hôpital, en tant qu’infirmières. Elles restent avec leurs enfants le soir. Elles sont très exposées au virus et peuvent le transmettre à leurs enfants. On sait que les enfants peuvent être porteurs du virus, même sans symptômes. Je peux nettoyer les pièces autant de fois que je peux, les enfants touchent à tout et je suis en contact avec eux de toute façon. Il y a donc un risque que je sois contaminée, et ma famille également. Je vis avec mon mari, une de mes filles et mon fils.

D’ailleurs, les parents du plus petit ont le coronavirus. Je ne garde plus l’enfant maintenant qu’ils sont en confinement avec lui. Les parents sont tombés malades pendant que je ne gardais pas leur enfant. J’ai prévenu l’éducatrice du RAM qui m’a dit que je pouvais continuer à travailler, car je n’ai pas eu l’enfant en question pendant plusieurs jours – et que j’ai donc peu de chance d’être malade (alors que je n’étais pas testée et qu’elle n’est pas médecin). J’ai averti les parents des autres enfants et ce sont eux qui ont décidé de me laisser leurs enfants. Ils n’avaient sans doute pas le choix.

Lorsque les assistantes maternelles ne gardent plus l’enfant, sont-elles toujours payées ?

Pour que l'on continue à recevoir notre paye alors qu’on a plus la garde des enfants c’est compliqué. C’est aux parents de faire une déclaration à pôle emploi. S’ils ne la font pas, on n’est pas payés. Concernant la famille du petit que je ne garde plus, je ne sais pas encore s’ils ont fait la déclaration. Le délai sans que je sois payée peut être très long…

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.