Dans un article précédent, nous relations la situation de Francis Smaïl, délégué CGT Air France à l’aéroport de Roissy, mis à pied depuis de nombreux mois malgré une décision de justice qui a annulé son licenciement. Les faits reprochés sont montés de toutes pièces et ont comme fondement l’implication militante de Francis, notamment lors d’une grève à l’aéroport de Cayenne, en Guyane, où il est membre fondateur de l’Union des Travailleurs Guyanais (UTG).

Depuis notre dernier article, Francis n’a toujours pas été réintégré sur son poste de travail. Grâce à la mobilisation, une partie de son salaire est cependant désormais à nouveau versée, mais le préjudice demeure conséquent, en particulier du fait de l’absence de versement de son salaire depuis le début de cette procédure, en 2011.

Par ailleurs, l’acharnement judiciaire d’Air France à son encontre a connu un nouvel épisode avec l’audience qui s’est déroulée en septembre, en Guyane, pour les faits de vol qui lui sont reprochés, lors de l’occupation du bar de l’aéroport de Cayenne par les salariés en grève. Le délibéré sera rendu dans quelques jours.

La campagne de solidarité se poursuit et s’internationalise ! Un communiqué de soutien de la Fédération des Transports de l’UGT-Euskadi, à Bilbao, nous est parvenu (ci-dessous).

Pour tout témoignage de solidarité :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Communiqué de solidarité avec Francis Smaïl, délégué CGT Air France

La fédération des transports de l’UGT-Euskadi (Pays Basque) exprime son soutien solidaire à Francis Smaïl, délégué CGT à l’Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, dans sa lutte pour la défense de son emploi et de ses droits de syndicaliste.

Nous condamnons la répression syndicale à l’encontre de Francis Smaïl, qui s’est illustré par son attitude résolue dans la défense des droits des travailleurs aéroportuaires.

En ces temps d’attaques continues contre les emplois, les salaires et les droits sociaux des travailleurs dans le monde entier, nous avons besoin de syndicalistes combatifs comme Francis Smaïl.

D’autre part, nous affirmons que la lutte unie et solidaire des travailleurs permettra de défendre nos droits et de construire une société au bénéfice de la majorité de la population, des travailleurs et de leurs familles.

La Fédération des Transports et des Communications de l’UGT-Euskadi.
Bilbao, le 27 septembre 2013

La Riposte

Nous écrire au sujet de cet article

Merci d'entrer votre nom
Merci d'entrer votre e-mail Adresse email non valide
Merci d'entrer votre lessage

Si vous aimez cet article, abonnez-vous ou soutenez-nous !