Six anciens dockers de Dunkerque victimes de l’amiante, dont trois avaient déjà fait une grève de la faim en mai 2005, ont de nouveau cessé de s’alimenter pour demander le respect du protocole d’accord obtenu il y a un an et demie. Le Comité « Amiante » des ex-dockers CGT nous a demandé de publier la motion de soutien ci-dessous, rédigée en mai 2006, et qu’on peut continuer de signer.

Motion de soutien aux ex-dockers victimes de l’amiante

Depuis des années, les ex-dockers en cessation anticipée d’activité à cause de l’amiante touchent une allocation inférieure à celle à laquelle ils ont droit. En effet, la loi prévoit qu’en cas d’activité discontinue – ce qui est le cas des ex-dockers –, l’allocation doit être calculée sur les 365 jours de travail, et non sur la dernière année civile. La Caisse de Compensation des Congés payés (CCPP ), qui est l’organisme habilité à transmettre à la CRAM le récapitulatif d’activité de chaque ex-docker victime de l’amiante, refuse d’appliquer la méthode de calcul légale des 365 derniers jours de travail. Elle prive ainsi ces victimes de l’amiante d’une part substantielle de leur indemnité.

Après une rencontre avec le Ministre de la Santé, qui a reconnu la légitimité de leur revendication, après une grève de la faim pour demander l’application de la loi, après la signature d’un protocole d’accord entre l’Etat et le représentant du Médiateur de la République, la CCPP s’obstine toujours a refuser à ces victimes de l’amiante l’application des dispositions légales.

Les signataires de ce texte dénoncent le sort inique qui est réservé aux dockers victimes de l’amiante. Ils demandent aux représentants habilités de l’Etat de faire respecter la loi et d’exiger de la CCPP qu’elle se conforme aux prescriptions légales sur le récapitulatif d’activité des ex-dockers.

Votre soutien est à adresser : par courrier à ARDEVA

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.