APPEL URGENT A LA SOLIDARITE

Depuis le 12 octobre, Mohamed Bedhouche, délégué syndical CGT de Carrefour le Merlan à Marseille, est emprisonné après avoir pris la défense d’un salarié injustement accusé de vol.

Le salarié que défendait Mohamed a été licencié pour vol, et il est poursuivi en justice pour avoir acheté un produit du magasin invendable pour emballage détérioré à prix réduit (prix fixé par le chef de rayon).

Mohamed demande au personnel des témoignages prouvant que tout le monde depuis des années, en accord avec les directions successives, achète des produits du magasin, comme l’a fait ce salarié. Dans le même temps, il va voir le vigile qui a arrêté la salarié pour comprendre ce qui s’est passé et lui dit simplement : « au tribunal il faudra dire toute la vérité ».

Le vigile a porté plainte contre le délégué syndical pour pression sur sa personne, et Carrefour s’est porté partie civile le 11 octobre.

L’audience s’est déroulée le 12 octobre dans le cadre d’une comparution immédiate (un avocat ayant été commis d’office a eu une demi-heure pour prendre connaissance de l’accusation) avec incarcération immédiate, suite à l’application de lois liberticides (STIC). Cela s’est traduit par une condamnation à 5 mois et demi de prison avec sursis, 2000 € d’amende et 15 jours de prison ferme avec prise d’effet immédiate sans possibilité d’appel suspensif.

Comme l’a déclaré la CGT, ce jugement remet en cause le mandat légitime d’un délégué syndical à défendre les salariés, l’essence même du rôle d’une organisation syndicale, ce qu’ont bien compris les salariés de Carrefour et les autres représentants syndicaux en décidant de se mettre en grève.

Depuis le jeudi 14 octobre, date à laquelle il a appris la nouvelle, le personnel est en grève à 80% et les protestations se multiplient de toutes parts pour ces faits jamais vus en France.

Les grévistes n’ont pas d’autre revendication que l’arrêt et le retrait de toute mesure de sanction à l’encontre de Mohamed Bedhouche et le respect du personnel. Il est à noter le courage et l’esprit de responsabilité du personnel composé très majoritairement de femmes, souvent chefs de famille, qui ont en temps ordinaire un salaire inférieur ou à peine égal au SMIC et qui sont en permanence soumis à la pression de leur employeur.

La solidarité extraordinaire qui se manifeste autour de ce conflit ne se dément pas. Jour et nuit des syndiqués du département se relaient aux côtés des grévistes et apportent leur appui logistique au piquet de grève.

Une souscription a dores et déjà été lancée par l’Union Locale CGT la Rose.Retour ligne automatique
Les dons peuvent être adressés à : UL CGT, 152, av. de La Rose 13013 Marseille

Nous vous invitons à manifester votre soutien auprès du syndicat CGT de Carrefour le Merlan à Marseille par des messages à l’UD CGT des Bouches du Rhône (Fax : 04 91 95 78 24), et à exprimer votre indignation auprès de la direction de Carrefour à l’attention de Monsieur Bartoli Yvan (Fax : 01 58 63 38 09)

Amis lecteurs ! Pensez à nous soutenir – soit en vous abonnant à notre journal, soit en faisant un don.

Nous écrire au sujet de cet article